ACADEMIA-CELTICA

Istor-Histoire; Douaroniezh- Géographie; Arkeologiezh-Archéologie; Gouennoniezh-Ethnologie; Yezhouriezh-Linguistique; Sevenadur hag Hengoun ar vroioù kelt - Culture et traditions des pays celtiques
 
Encyclopédie MarikavelAccueilFAQRechercherS'enregistrerMembresGroupesConnexion
Rechercher
 
 

Résultats par :
 
Rechercher Recherche avancée
Derniers sujets
» River Dance.
Hier à 22:12 par Marc'heg an Avel

» Monnaies gauloises
Hier à 21:50 par Marc'heg an Avel

» Llanfairpwllgwyngyllgogerychwyrndrobwllllantysiliogogogoch
Hier à 21:28 par Marc'heg an Avel

» Banque Sonore des Dialectes Bretons
Hier à 16:00 par jeje

» Loup-Cervier
Ven 18 Aoû 2017 - 21:41 par bibar

» Pédernec
Ven 18 Aoû 2017 - 9:53 par Marc'heg an Avel

» Famille ALLANIC, de Bieuzy
Jeu 17 Aoû 2017 - 18:13 par uuicant

» Traduire en breton : mariage non consommé
Lun 14 Aoû 2017 - 21:18 par Marc'heg an Avel

» bigot asticot ver dans un fruit
Dim 13 Aoû 2017 - 19:37 par jeje

» La bataille de Mursa, suicide de l'empire romain
Mar 8 Aoû 2017 - 8:55 par Marc'heg an Avel

» Notitia dignitatum
Dim 6 Aoû 2017 - 17:52 par Marc'heg an Avel

» Le langage des bannières
Dim 6 Aoû 2017 - 17:13 par Marc'heg an Avel

» François DUINE (1870-1954)
Jeu 3 Aoû 2017 - 20:48 par Marc'heg an Avel

» CHIENNE
Jeu 3 Aoû 2017 - 20:40 par Marc'heg an Avel

» CHERRUEIX
Mer 2 Aoû 2017 - 10:07 par contes-et-merveilles.com


Partagez | 
 

 Calculs et vérifications des dates

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Marc'heg an Avel
Admin
Admin
avatar

Nombre de messages : 6644
Age : 70
Localisation : Lannuon / Lannion. Breizh Izel
Date d'inscription : 27/03/2007

MessageSujet: Calculs et vérifications des dates   Mar 10 Fév 2009 - 18:06

Salut à tous les amateurs de chronologie.

Je place ce sujet ici, car il n'a rien de spécifiquement celtique, ni de spécifique à aucun des pays cités sur ce forum.

Si l'on peut penser que chaque peuple, ou nation, a pu continuer à utiliser son propre calendrier à l'intérieur de ses propres limites et de ses pratiques culturelles et/ou cultuelles, force est de constater que le calendrier romain s'est imposé à tous, soit pour les aspects politiques et administratifs de l'empire, soit pour les aspects religieux de la religion officielle, d'abord païenne, puis chrétienne, rendue unique et obligatoire par décrets impériaux.

Il ne semble pas qu'on ait une réelle connaissance sur l'abandon et l'extinction des calendriers nationaux des Celtes ou des Germains.

--------------------------

Il existe plusieurs méthodes de calcul et de vérification des dates. Mais je vais expliquer ici l'organisation et l'utilisation fort simple que j'ai publiée en 1980, sous le titre CALENDRIER ROMAIN. Méthode de recherche et de vérification des dates, de Jules César à l'An 2000.

Ce calendrier est rigoureusement précis, au jour juste, conforme aux calendriers des chancelleries impériales, puis papales, à partir de 325 après J.-C.

-----------

Avant 325, année du Concile de Nicée, le calendrier d'état romain se caractérisait par ses subdivisions mensuelles en Kalendae, Nonae, Ides, et par son mode de calcul a contrario du notre, à savoir que l'on ne comptait pas en jours passés après le Ier du mois, mais en jours restant à venir avant les échéances des calendes, des nones, et des ides, sachant que ces deux dernières ne tombaient pas toujours au même jour du mois, selon qu'on était sur un mois de 30 ou de 31 jours, en plus du mois de février, encore différent.

Ce calendrier a duré, dans la chancellerie papale, jusqu'en 1431 après J.-C., correspondant à l'an 2184 Ab Urbe Condita (depuis la fondation de Rome).

En fait, il était d'usage officiel, alors que les peuples utilisaient un calendrier issu du calendrier juif, avec lecture descendante par rapport au premier jour du mois.

Quoiqu'il en soit, les nombres des mois et des jours étaient les mêmes.

--------------------

Confronté à des recherches calendaires, je m'étais mis à 'enfiler' les dates, jours par jour, et par année, à partir de dates données pour la mort de St Tudgual.

Je me suis rendu compte, au bout de peu d'années étudiées, que je retombais sur des schémas déjà établis, et me suis rendu compte de ceci :

- une année ordinaire de 365 jours commence, et finit, par des jours qui portent le même nom : un année qui commence un Lundi finit aussi un lundi; un année qui commence un Mardi finit aussi un Mardi, et ainsi de suite jusqu'au dimanche;

Quand on connait le jour initial de l'année, on en connait donc aussi, de facto, le jour final. A partir de cela, on connait le jour final de l'année précédente, et le jour initial de l'année suivante. Si ces années sont aussi de 365 jours, on en connait aussi les jours initiaux et les jours de fin !

J'en ai donc conclu que, puisqu'il n'y a que sept jours dans la semaine, il n'y a que sept façons de commencer l'année, et que toutes les années de 365 jours commençant le même jour présentent exactement le même schéma des places des mois, des semaines et des jours !

CQFD ! c'est l'oeuf de Christophe Colomb .

Pour les années bissextiles, celles-ci ont donc 1 jour de plus à partir du 29 février. Elles s'achèvent donc sur jour qui porte le nom suivant de celui de départ. Une année bissextile qui commence un mardi finit donc un mercredi. C'est tout.

S'il y a donc 7 façons de commencer l'année, il y en a 14 pour la terminer, ni une de plus, ni une de moins.

Cela nous donne 14 grilles annuelles, qui s'enfilent comme suit :

L1-Ma1-Me1-J2-S1-D1-L1-Ma2-J1-V1-S1-D2-Ma1-Me1-J1-V2 ... etc ...

(1) = années de 365 jours
(2) = années de 366 jours

Le tout se répétant tous les 28 jours (7 x 4)

La seule différence entre le calendrier julien et le calendrier grégorien tient au fait que les années de fins de siècles non divisibles par 400 ne sont pas bissextiles.

Le passage du julien au grégorien s'est fait au jeudi 4 octobre suivi immédiatement du vendredi 15 octobre 1582.

J'ai publié mon étude (avec copyright), sur Internet, à la page :

http://marikavel.org/calendriers/calendriers-accueil.htm

----------------

JCE studiañ

_________________
"Ne te borne pas seulement à respirer avec l'air qui t'environne, mais à penser désormais avec l'intelligence qui environne tout. La force intelligente, en effet, n'est pas moins répandue partout, et ne s'insinue pas moins, en tout être capable de s'en pénétrer, que l'air en tout être qui peut le respirer".

Marc-Aurèle. Pensées pour moi-même. Livre VIII; verset LIV".
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://marikavel.org/bonjour.htm
Marc'heg an Avel
Admin
Admin
avatar

Nombre de messages : 6644
Age : 70
Localisation : Lannuon / Lannion. Breizh Izel
Date d'inscription : 27/03/2007

MessageSujet: Re: Calculs et vérifications des dates   Ven 27 Fév 2009 - 14:00

Bonjour à tous.

La question du premier jour de l'an semble poser des problèmes à ceux qui sont arrêtés sur le calendrier chrétien, en fonction des calendriers 'nationaux'.

Ce qu'ils oublient, c'est que le calendrier officiel de la Chancellerie papale est exactement le même que celui de l'Administration impériale romaine, dont il n'a fait que prendre la suite.

La question du premier jour de l'an ne pose strictement aucun problème, puisque celui-ci, appelé AUC = Ab Urbe Condida, est basé sur la date théorique, mais administrativement officielle, de la fondation de la Ville de Rome.

Le premier jour de l'an est officiellement le jour des Calendes de Janvier, à savoir le Ier janvier.

Rien à voir, donc, avec le calendrier chrétien, ni avec les calendriers nationaux du Moyen Age.

Ce calendrier impérial, devenu pontifical a été utilisé, sans interruption, de façon absolument linéaire, jusqu'en 2184 AUC, c'est à dire +1431 de J.-C.

Chaque jour y est repéré par son quantième et par son nom, et il n'en n'a manqué aucun, depuis 8 avant J.-C, jusqu'en 1431.

-------------

Le problème a été introduit par le souhait des Chrétiens de dater la naissance du Christ, afin de ne plus avoir comme référence l'ère de Dioclétien, grand ennemi et massacreur de Chrétiens.

Cette étude fut confiée à Denys Le Petit / Dionisius Exiguus, en 532.

On peut donc affirmer, sauf preuve du contraire, qu'il n'y a eu aucune modification dans la suite linéaire des années, des mois, ni des jours avant les calculs de Denys Le Petit, qui, du reste, a choisi une date de naissance du Christ de façon arbitraire, et qui, de plus, de l'avis des historiens, s'est trompé.

-------------------

Ci-dessous, extrait de Georges Perpes : Les colonnes du temps. Histoire du calendrier. 1986/1987/1990 :

9. JESUS-CHRIST ET L'ERE CHRETIENNE.

A sa naissance, l'Eglise catholique se trouve à un carrefour de chronologies. Comme on vient de le voir, on peut prendre comme point de repère temporel la première olympiade, la fondation de Rome ou compter à partir de l'ère julienne. Les premiers chrétiens décident de mettre au point un système qui leur soit propre. A cette fin, ils créent l'ère des Martyrs ou ère de Dioclétien, à compter du 29 août 284.

Ce n'est que beaucoup plus tard que l'idée germe de prendre comme point de départ de l'ère chrétienne, non pas l'avènement d'un empereur sanguinaire mais la naissance du Christ. Le projet est l'oeuvre d'un moine, Denys le Petit, en 532, mais il n'aboutit pas tout de suite. L'idée est reprise et adoptée par Charlemagne en l'an 800, puis appliquée à partir de l'an 1000.

Le système chronologique de Denys le Petit ne sera tout d'abord utilisé que pour les événements postérieurs à la naissance du Christ; tous ceux qui sont antérieurs seront datés d'après le jour de la création du monde tel qu'on peut le déterminer par l'analyse de la Bible. Ce n'est qu'au XVIIe siècle que la naissance du Christ deviendra le seul point de repère.

En adoptant le système de Denys le Petit, l'Eglise veut marquer clairement qu'une nouvelle période de l'humanité commence, identifiée comme celle annoncée par les prophètes de l'Ancien Testament. Elle propose sa propre grille de lecture des textes bibliques à la lumière d'événements postérieurs et, au nom du passé, légitimise le présent. Ce mécanisme se retrouve d'une manière exemplaire dans l'analyse que font les commentateurs chrétiens du rêve de Nabuchodonosor (Livre de Daniel).

Le roi Nabuchodonosor a fait un songe si bouleversant qu'il en a oublié le contenu. Seul Daniel, un fils d'Israël, instruit par Dieu, peut lui remémorer son rêve et l'interpréter. Le roi a vu une statue à la tête d'or, aux épaules d'argent, aux hanches de bronze, aux pieds de fer et d'argile; une pierre qui se détache d'une montagne, brise les jambes de la statue et la réduit en poussière. Pour Daniel, ces quatre parties du corps, ces quatre métaux symbolisent quatre périodes, quatre monarchies qui se succéderont jusqu'au jour où Dieu suscitera un nouveau royaume qui mettra à bas tous les autres et restera le seul sur terre.

Pour saint Jérôme, ce quatrième royaume de fer et d'argile est évidemment celui des Romains; avec la venue de la Pierre-Christ, le royaume de Dieu sur terre commence.

En créant une nouvelle ère, Denys le Petit la raccorde à toute une périodisation traditionnelle de l'Histoire et prétend, avec l'Eglise, connaître la trajectoire à venir de l'humanité. Mais comment était-il arrivé, cinq cent trente-deux ans après, à déterminer la date exacte de la naissance du Christ ? Quelle méthode avait-il suivie pour arriver à la date du huitième jour des calendes de janvier de l'an 754 de Rome ou 25 décembre de l'an I ?

Si saint Luc et saint Matthieu situent précisément le lieu de naissance du Christ, aucun des évangélistes ne donne le moindre détail concernant le jour et l'heure de l'événement. Pour la première fois, le Commentaire sur Daniel (III siècle), parle du "VIII kal. ian. natus Christus". Cette date, reprise en 336 dans le Calendrier philocalien , sera adoptée par Denys le Petit.

A défaut du jour et de l'heure, certains éléments historiques permettent néanmoins de situer l'année de la naissance du Christ. Elle a dû très logiquement se produire avant la mort dHérode (en 750 de Rome, selon l'historien Flavius Josèphe) et après l'édit de recensement imposé par les Romains, sous le gouvernement de Sentius Saturninus (746-748 de Rome, d'après Tertullien). Le Christ serait donc né en 747 de Rome.

Selon Ph. Vidal, en 747 de Rome justement, une conjonction de Saturne et Jupiter eut lieu trois fois - en raison des phénomènes de rétrogradation planétaire. L'alignement de ces deux planètes est identifié par Ph. Vidal comme l'étoile des mages. Le Christ serait donc né, le 29 mai, le 3 octobre ou le 14 décembre. Selon d'autres auteurs, les premiers chrétiens fêtaient sa naissance le 20 mai ou le 6 janvier.

D'autre part, d'après les Evangiles, on arrive à situer la mort du Christ en 786 de Rome. Le Christ serait donc mort à trente-neuf ans, l'avant-veille de la Pâque juive : le vendredi 3 avril, le vendredi 25 mars ou le mercredi 31 mars.

Denys le Petit préféra faire une erreur de six ans et le fit mourir à trente-trois ans. Actuellement, les recherches sur les dates de naissance et de mort du Christ continuent. Comme l'a très officiellement déclaré le pape Jean-Paul II, l'an 2000 ne sera pas l'an 2000 : sur l'échelle du temps chrétien - tous les spécialistes sont unanimes -, on ne sait pas exactement où est le zéro. Le compte à rebours entamé par une merveilleuse machine, installée devant le Centre Pompidou, à Paris, indiquant à chaque instant combien de secondes nous séparent de l'an 2000, repose sur une donnée conventionnelle et erronée. Il en va de même pour la plupart des interprétations numérologiques basées sur une date.

-----------

A suivre : le choix du jour de l'An.

JCE

_________________
"Ne te borne pas seulement à respirer avec l'air qui t'environne, mais à penser désormais avec l'intelligence qui environne tout. La force intelligente, en effet, n'est pas moins répandue partout, et ne s'insinue pas moins, en tout être capable de s'en pénétrer, que l'air en tout être qui peut le respirer".

Marc-Aurèle. Pensées pour moi-même. Livre VIII; verset LIV".
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://marikavel.org/bonjour.htm
Marc'heg an Avel
Admin
Admin
avatar

Nombre de messages : 6644
Age : 70
Localisation : Lannuon / Lannion. Breizh Izel
Date d'inscription : 27/03/2007

MessageSujet: Re: Calculs et vérifications des dates   Ven 6 Mar 2009 - 9:29

Exemple de vérification des dates :

dans le Buez ar Zent, p. 346 et suiv. : Sant Antonin

http://marikavel.org/documents/buhez-ar-zent/baz-346.htm

"D'an oad a dek vla ha tri-ugent, Antonin a gouezas klanv gant an derzien; goulenn a reas e zakramanchou, ha d'an 2 a viz mae 1459, derc'hent ar Yaou-Bask, e tremenas en peuc'h ar C'hrist, en eur lavaret : « Serviji Doue zo bezan roue

- goulenn a reas e zakramanchou : il demanda les sacrements,

- ha d'an 2 a viz mae 1459, derc'hent ar Yaou-Bask : et le 2 mai 1459, veille du jeudi de Pâques,

>>> 1459 : année ordinaire débutant un lundi;

Pâques au dimanche 25 mars

Le jeudi de Pâques se trouve au 3 mai.

La date du 2 mai, veille du jeudi de Pâques, est donc bonne.

JCE studiañ

_________________
"Ne te borne pas seulement à respirer avec l'air qui t'environne, mais à penser désormais avec l'intelligence qui environne tout. La force intelligente, en effet, n'est pas moins répandue partout, et ne s'insinue pas moins, en tout être capable de s'en pénétrer, que l'air en tout être qui peut le respirer".

Marc-Aurèle. Pensées pour moi-même. Livre VIII; verset LIV".
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://marikavel.org/bonjour.htm
Marc'heg an Avel
Admin
Admin
avatar

Nombre de messages : 6644
Age : 70
Localisation : Lannuon / Lannion. Breizh Izel
Date d'inscription : 27/03/2007

MessageSujet: Re: Calculs et vérifications des dates   Mer 11 Mar 2009 - 10:30

Méthode moderne sur Internet :

Trouver les dates de Pâques

http://pagesperso-orange.fr/pgj/paques.htm

-------------

Mettre le nombre de l'année dans la fenêtre de recherche, puis Entrer.

Exemple :

mettre 474

Entrer

Réponse : 21 / 3

--------------

Elémentaire, mon cher Watson !

JCE studiañ

_________________
"Ne te borne pas seulement à respirer avec l'air qui t'environne, mais à penser désormais avec l'intelligence qui environne tout. La force intelligente, en effet, n'est pas moins répandue partout, et ne s'insinue pas moins, en tout être capable de s'en pénétrer, que l'air en tout être qui peut le respirer".

Marc-Aurèle. Pensées pour moi-même. Livre VIII; verset LIV".
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://marikavel.org/bonjour.htm
Marc'heg an Avel
Admin
Admin
avatar

Nombre de messages : 6644
Age : 70
Localisation : Lannuon / Lannion. Breizh Izel
Date d'inscription : 27/03/2007

MessageSujet: Re: Calculs et vérifications des dates   Mar 24 Mar 2009 - 9:04

Extrait de OGEE : Dictionnaire de Bretagne.

Sous : Dinan, p. 224 :

"Par édit du roi Charles IX, le 29 mars 1564, la jurisdiction royale de Jugon et celle du faubourg de la Madelaine, du pont de Dinan, furent transférées, unies et incorporées au siège royal de la même ville. Le monarque, accompagné de la reine sa mère, du duc d'Anjou, son frère, et de plusieurs grands seigneurs et dames de la cour, arriva à Dinan le mardi 23 mai 1570. Le lendemain 24, Sa Majesté s'embarqua pour se rendre à Saint-Malo".

---------------

Année 1570 : type D1 (ordinaire commençant un dimanche).

Pâques au dimanche 26 mars.

lé 23 mai tombe bien un mardi.

JCE studiañ

_________________
"Ne te borne pas seulement à respirer avec l'air qui t'environne, mais à penser désormais avec l'intelligence qui environne tout. La force intelligente, en effet, n'est pas moins répandue partout, et ne s'insinue pas moins, en tout être capable de s'en pénétrer, que l'air en tout être qui peut le respirer".

Marc-Aurèle. Pensées pour moi-même. Livre VIII; verset LIV".
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://marikavel.org/bonjour.htm
Marc'heg an Avel
Admin
Admin
avatar

Nombre de messages : 6644
Age : 70
Localisation : Lannuon / Lannion. Breizh Izel
Date d'inscription : 27/03/2007

MessageSujet: Re: Calculs et vérifications des dates   Dim 19 Avr 2009 - 18:15

Voici un exemple de vérification qui aboutit à découvrir une erreur de datation.

Il s'agit de la publication récente du Cartulaire de Redon, par l' Association des Amis des Archives historiques du diocèse de Rennes, Dol et Saint-Malo.1998., et à laquelle ont participé plusieurs auteurs connus et réputés.

Les recherches de datation font partie des commentaires, sous l'appellation Foliotation, pages 72 / 78.

La recherche des jours correspondant aux dates a été réalisée par Wendy DAVIES, à partir des données d'Aurélien de COURSON et d'Arthur de la BORDERIE, et en complément des analyses d'H. GUILLOTEL.

Les noms des jours correspondant aux dates sont bons, sauf un : le premier.

W. DAVIES propose en effet le : jeudi 18 juin 832.

Impossible : l'année 832 est du type L2 (bissextile commençant un lundi); Pâques s'y trouve au 24 mars.

Le 18 juin 832 tombe un mardi.

http://marikavel.org/calendriers/calendriers-gl2.htm

Par contre, le 18 juillet tombe bien un jeudi.

La date est erronée de un mois.

La question est de savoir laquelle des deux date est la bonne.

-------------

Toujours est-il que puisqu'il s'agit des années 832 à 1124-1125 ou 1118-11128, cela prouve bien que le décompte précis des jours a toujours été une préoccupation humaine, et que, contrairement à ce que certains aujourd'hui tendent à soutenir, il n'est en rien abusif de rechercher les dates exactes au jour juste, mais aux époques reculées et sombres du Moyen Age.

JCE studiañ

_________________
"Ne te borne pas seulement à respirer avec l'air qui t'environne, mais à penser désormais avec l'intelligence qui environne tout. La force intelligente, en effet, n'est pas moins répandue partout, et ne s'insinue pas moins, en tout être capable de s'en pénétrer, que l'air en tout être qui peut le respirer".

Marc-Aurèle. Pensées pour moi-même. Livre VIII; verset LIV".
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://marikavel.org/bonjour.htm
Marc'heg an Avel
Admin
Admin
avatar

Nombre de messages : 6644
Age : 70
Localisation : Lannuon / Lannion. Breizh Izel
Date d'inscription : 27/03/2007

MessageSujet: Re: Calculs et vérifications des dates   Ven 12 Juin 2009 - 9:04

Voici un exemple de confusion de dates.

Dans le Buez ar Zent, page 489, dédiée à St Pierre Fourier, il est dit ceci (traduit) :

>>> Le 5 juin 1597, dimanche du (Saint) Sacrement ...

Dans le calendrier grégorien, 1597 est de type ordinaire débutant un mercredi ( = Me1), dans laquelle le 5 juin tombe un jeudi !

Il se trouve que dans le calendrier julien, cette année est de type S1 = ordinaire commençant un samedi, dans laquelle le 5 juin tombe bien un dimanche.

Pour rappel, c'est en 1582 qu'a eu lieu le changement du calendrier julien par le calendrier grégorien, au moins dans les pays catholiques obéissant au pape.

Il est donc curieux de voir que le Buez ar Zent, ouvrage catholique, donne une date du calendrier julien pour l'année 1597.

Mais il est vrai que le secteur concerné, Mattaincourt, et Toul, était disputé entre catholiques et protestants. Il est donc possible que le renseignement provienne d'un comput ou document protestant.

JCE studiañ

_________________
"Ne te borne pas seulement à respirer avec l'air qui t'environne, mais à penser désormais avec l'intelligence qui environne tout. La force intelligente, en effet, n'est pas moins répandue partout, et ne s'insinue pas moins, en tout être capable de s'en pénétrer, que l'air en tout être qui peut le respirer".

Marc-Aurèle. Pensées pour moi-même. Livre VIII; verset LIV".
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://marikavel.org/bonjour.htm
Marc'heg an Avel
Admin
Admin
avatar

Nombre de messages : 6644
Age : 70
Localisation : Lannuon / Lannion. Breizh Izel
Date d'inscription : 27/03/2007

MessageSujet: Re: Calculs et vérifications des dates   Ven 24 Juil 2009 - 9:21

L'Abbé J.-E. Darras : Histoire générale de l'Eglise, depuis la Création jusqu'à nos jours. 1872.

Tome 17. pages 127 à 137 : concernant la vie et l'oeuvre de Bède le Vénérable .

>>> décès de Bède : la quatrième férie (mercredi 25 mai 735), veille de l'ascension. ... justes après Vêpres.

>>> le 25 mai 735 tombait effectivement un mercredi

Cette année est de type S1 = ordinaire commençant et s'achevant un samedi

http://marikavel.org/calendriers/calendriers-tgf.htm

http://marikavel.org/calendriers/calendriers-gs1.htm

-------------

JCE studiañ

_________________
"Ne te borne pas seulement à respirer avec l'air qui t'environne, mais à penser désormais avec l'intelligence qui environne tout. La force intelligente, en effet, n'est pas moins répandue partout, et ne s'insinue pas moins, en tout être capable de s'en pénétrer, que l'air en tout être qui peut le respirer".

Marc-Aurèle. Pensées pour moi-même. Livre VIII; verset LIV".
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://marikavel.org/bonjour.htm
Marc'heg an Avel
Admin
Admin
avatar

Nombre de messages : 6644
Age : 70
Localisation : Lannuon / Lannion. Breizh Izel
Date d'inscription : 27/03/2007

MessageSujet: Re: Calculs et vérifications des dates   Sam 1 Aoû 2009 - 12:01

Extrait de : Linguistique picarde. 'è trimestre 1997. N° 144.

Concernant la capitulation des Anglais de Calais.

Voici une de ces raretés bibliographiques que les amateurs paient des prix exorbitants dans les ventes , et que nous aimons à reproduire dans les Archives du Nord , afin que nus souscripteurs n'aient rien à envier aux heureux du siècle qui les enlèvent dans les encans par la puissance de leurs écus. Le dernier exemplaire de ces quelques pages imprimées, mis sur tabla, en vente publique, a été adjugé, à la somme de 29 fr. 50 cent.; avec les 15 p. % de frais et commission, il revient donc à l'acquéreur au prix de 34 fr. 10 cent. Il est vrai qu'il formait une jolie plaquette en maroquin rouge, reliée à l'anglaise par G. Héring. Il provenait de la collection des livres rares de Crozet, n° 1449 du catal., et fut acquit par M. Ducas, amateur lillois. Nous en donnons aujourd'hui un fac-similé, qui ne reviendra pas à 25 cent. à nos abonnés.

ANTOINE FAUQUEL, auteur de cette pièce, était un ecclésiastique Picard, natif d' Amiens , vrai français de coeur et d'âme , qui ne pût s'epêcher de témoigner sa joie d'une conquête glorieuse pour la France ; il ne chanta pas seulement la prise de Calais opérée, par le. duc. de Guise en1558, il fit aussi une brochure sur celle de Guînes, intitulée : Discours sur la prise de Gines, Paris, Huby, 1558, in-8° (Bblioth. de Lelong, n" 17705. Ilparaît méme qu'il ne s'en tint pas là, car dans l'épître dédicatoire de son Epitaphe de Calais, adressée à M. de Hangest, il dit que ce êtit labeur est son commencement, et que dedans briefs jours, il dédiera oeuvres plus grandes et dignes de mémoire. Il nous apprend en passant que noble homme M. de Hangest, gentilhomme picard, est un parfait musicien, qui prend plaisir, joie et esbatement à diverses menières d'instrumens, comme le luth, l'espinette, la guiterne et cistres.

Le privilège pour l'impression du livre est du 17 janvier 1557, ce qui prouve que l'année commençait encore alors à Pâques, C'est en 1558 qu'il faut lire, puisque c'est le 8 janvier de la même année que les Anglais signèrent la capitulation de Calais. L'auteur paraphrase dans ses vers le verset 15 du chapitre XXXI de Jérémie, il l'applique à la ville de Calais, et tous les mots latins du verset y trouvent leur place. Lefebvre, historien de Calais, traite fort sévèrement le poête picard et ses chants improvisés sur ce grand évènement (Histoire de Calais, Paris, 1766, in-4°, tome Ii, p. 306. La chanson qui suit l'Epitaphe de calais est d'un antre poète amiénois, Jacques Pierre, dit chateau-Gaillard, et se chante, sur l'air : Péronne la jolie. On la retrouva, avec d'autres sur la même prise de Calais et sans nom d'auteur, parmi les mss. de M. Talon ( n° 1064, Bibliothèque de M. le président de Maynière). L'historien Lefebvre en cite un couplet sans savoir que cette chanson est justement de ce Jacques dont il a parlé quelques lignes plus haut.

Une branche de la famille Fauquel est, restée vivace au Câteau-Cambrésis. On ne retrouve plus de traces de la parenté du sieur Chateau-Gaillard. Les événemens célébrés par nos poètes picards ont donné naissance à plusieurs petits opuscules, parmi lesquels on en peut citer trois ou quatre en français et autant en latin :

Discours sur la réduction de Calais au royaume de France, détenu par les Anglais depuis l'an 1347, et du comté d'Oye, Guines, Ham et autres places de mer ; par P. D. T. A. Paris, Micard, 1558.— Lyon, Temporal, 1558, in-8°.

Discours sur la prinse de Calais, par monseigneur de Guyse. Paris , L'Homme, 1558, in-8°.

Description de la prinse de Calais et de Guines, composée par forme et style de procès, par M. G. de M. (sans lieu ni date,), in-8°" (en vers).

Guillelmi Paradini, de motibus Galliae expugnato receptoque Itio Caletorum. Lugduni, 1558, in-4°.

De Caleto ab Henrico II receptâ, Georgii Buchanani carmen. Lutetiae, 1558.

De Caleti et Guinae oppidorum, proximo hoc bello captorum, expugnatione, carmen doctissimum. Parisiis, 1558, in-4°.

Ces derniers vers sont de l'illustre Michel de l'Hospital. Joahim du Bellay a aussi composé une jolie épigramme latine à la louange du duc de Guise, et une pièce de vers français intitulée : Hymne av Roy sur la prinse de Calais, suivie, de l' Evocation des dieux tutélaires de Guynes et de l'Exécration sur l'Angleterre.

Cette foule de poèmes et de relations, qui toutes, surgirent au moment même de la prise de Calais, indiquent assez l'intérêt que la France prit à cette réintégration, après une occupation étrangère de plus de deux siècles, et motivent jusqu'à un certain point, la valeur un peu exagérée que les amateurs ont donnée à ces petites pièces. C'est aussi une des considérations qui nous engagent à réimprimer celle d'Antoine Fauquel.

La prise de Calais ne donna pas seulement naissance en France à des chansons; une médaille d'argent, de grand module, au au type du roi Henri II, fut frappée avec un joli revers dans le goût de l'antique, représentant le même prince à cheval, précédé do la Victoire et entre deux soldats portant des enseignes romaines. La légende-porte : Exactis Britannis, et Caleto Guiniaque recep(tis); au-dessus de la tête Roi on lit : Majora soquentur.

Nous possédons aussi un vieux plan de la prise de Calais, gravé, en Italie, avec une légende que Lefebvre n'a pas reproduite dans son Histoire de Calais (T. 2, p. 292). Il porte pour titre : II vero ritratto de cales preso a Inglesi del Rei Christianissimo, l'anno M. D. LVIII, et pour suscription : Joannes Orlandi formis Romae 1602 — Romaz Claudii Duchettis formis.

A. D.

_________________
"Ne te borne pas seulement à respirer avec l'air qui t'environne, mais à penser désormais avec l'intelligence qui environne tout. La force intelligente, en effet, n'est pas moins répandue partout, et ne s'insinue pas moins, en tout être capable de s'en pénétrer, que l'air en tout être qui peut le respirer".

Marc-Aurèle. Pensées pour moi-même. Livre VIII; verset LIV".
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://marikavel.org/bonjour.htm
Marc'heg an Avel
Admin
Admin
avatar

Nombre de messages : 6644
Age : 70
Localisation : Lannuon / Lannion. Breizh Izel
Date d'inscription : 27/03/2007

MessageSujet: Re: Calculs et vérifications des dates   Jeu 20 Aoû 2009 - 19:01

Un exemple d'Ancien style.

Bernard Guenée : Du Gesclin et Froissart. La fabrication de la renommée. Ed. Taillandier. 2008.

p. 94 : "Le samedi 21 février 1372, Guillaume de Dormans devenait chancelier "par notable éleccion".

Cette date correspond au calendrier julien, nouveau style.

En cette année 1372, Pâques tombait le 28 mars, et marquait donc le premier jour de l'année du calendrier français.

Le samedi 21 février précédent correspondait donc à la fin de l'année française 1371.

De toute façon, comme Pâques ne tombait jamais plus tôt que le 24 mars, le mois de février était donc toujours dans ce cas là dans l'année précédente.

JCE :stroumf-c'hoar Frailh-benn

_________________
"Ne te borne pas seulement à respirer avec l'air qui t'environne, mais à penser désormais avec l'intelligence qui environne tout. La force intelligente, en effet, n'est pas moins répandue partout, et ne s'insinue pas moins, en tout être capable de s'en pénétrer, que l'air en tout être qui peut le respirer".

Marc-Aurèle. Pensées pour moi-même. Livre VIII; verset LIV".
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://marikavel.org/bonjour.htm
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Calculs et vérifications des dates   

Revenir en haut Aller en bas
 
Calculs et vérifications des dates
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Calculs et vérifications des dates
» Mathématiques : nombres et calculs (semaines 1, 2, 3, 4, 5)
» Dates des oraux :
» dates des rattrapages
» 2000 , 2010 des grandes dates

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
ACADEMIA-CELTICA :: Généralités :: Ar Poutouarn - Le Chaudron - The Caldron-
Sauter vers: