ACADEMIA-CELTICA

Istor-Histoire; Douaroniezh- Géographie; Arkeologiezh-Archéologie; Gouennoniezh-Ethnologie; Yezhouriezh-Linguistique; Sevenadur hag Hengoun ar vroioù kelt - Culture et traditions des pays celtiques
 
Encyclopédie MarikavelAccueilFAQRechercherS'enregistrerMembresGroupesConnexion
Rechercher
 
 

Résultats par :
 
Rechercher Recherche avancée
Derniers sujets
» Voies romaines en Bretagne armoricaine
Hier à 19:28 par jeje

» Mots locaux, mots rares, mots inédits, hapax...
Hier à 14:31 par Waoñ Du

» Brezhoneg Bro-Vear
Dim 4 Déc 2016 - 19:14 par Tangi

» fr. tique, br. teureug, tarlaskenn, teurk, bocher... eng. tick, deut. Zecke
Dim 4 Déc 2016 - 17:36 par Yann-Fañch

» Banque de blasons herminés
Ven 2 Déc 2016 - 14:07 par Marc'heg an Avel

» br. tr. sekrep, laiche, souchet, Carex pseudocyperus, hesk, vannerie
Mar 29 Nov 2016 - 21:17 par Jeannotin

» barazh
Lun 28 Nov 2016 - 11:24 par Jeannotin

» chistr, jist, sistr, sit, cidre, cider
Lun 28 Nov 2016 - 10:59 par Jeannotin

» dire les vêtements, se vêtir, la mode vestimentaire, habit habiller
Lun 28 Nov 2016 - 10:00 par Yann-Fañch

» A liù el loér hag er stéred
Lun 28 Nov 2016 - 9:33 par konker

» Vocabulaire de la terre en breton
Sam 26 Nov 2016 - 18:44 par jeje

» Les noms d'oiseaux (animaux à plumes)
Sam 26 Nov 2016 - 18:33 par jeje

» DIKSIONÈR KREIS-BREIZH
Sam 26 Nov 2016 - 14:03 par Per-Kouk

» La cornemuse dans tous ses états
Mer 23 Nov 2016 - 20:51 par Marc'heg an Avel

» le poisson nommé chabot en français
Mer 23 Nov 2016 - 18:46 par Jeannotin


Partagez | 
 

 BARBAOU - Le Croquemitaine

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
Aller à la page : Précédent  1, 2
AuteurMessage
Kado



Nombre de messages : 156
Age : 47
Localisation : An Oriant
Date d'inscription : 11/05/2007

MessageSujet: Re: BARBAOU - Le Croquemitaine   Sam 21 Juil 2007 - 23:25

Très intrigant.

Avec Bugaboo, le bo·gey·man, boog·ey·man ou boog·y·man ou boog·ie·man, encore très populaire aux états-unis, n'est pas loin (avec une représentation sociale particulière c'est sur).

Mais je constate, partant du Barbaou breton, et en se basant sur le sens du mot, que l'on retombe assez souvent ailleurs, avec des sonorités semblables et pour un sens similaire, sur une interprétation étymologique qui reposerait sur du 'celtique'.

Je laisse les linguistes s'exprimer là-dessus. Mais c'est assez curieux aux yeux du profane que je suis.

Ce 'buccaboo' en cornish vous interpelle-t-il en rapport avec le Breton ?

Kado.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Ostatu
Major; Mestr; Maestro
Major; Mestr; Maestro


Nombre de messages : 5563
Age : 50
Localisation : Lutetia Parisiorum
Date d'inscription : 09/04/2007

MessageSujet: Re: BARBAOU - Le Croquemitaine   Dim 22 Juil 2007 - 12:29

"Bug. - Bugbear. - Boggart. - Bogle.
The meaning of Bug is simply an object of terror, from the cry Bo ! Boo ! Boh ! made by a personne, often covering his face to represent the unknown, to frighten children. The use of the exclamation for this purpose is widely spread. W. bw ! It. bau ! "Far bau ! bau ! - far paura a' bambini coprendosi la volta." La Crusca
Alternately covering the face in this manner to form an object of sportive terror, and then peeping over the covering to relieve the infant from his terror, constitutes the game of Bo-peep, Sc. Teet-bo. A person is said to look as if he could not say Bo ! to a goose, when he looks as if the goose would be more likely to frighten him than the goose.
The cry made to excite terror is then used, either alone or with various terminations, to signify an indefinite object of terror, such as that conjured up by children in the dark.

L'apparer del giorno
Che scaccia l'Ombre, il Bau e le Befare !
La Crusca

The peep of the day
Which scatters spectres, bugs, and hobgoblins.

In the same sence Sc. Boo, Bu-man, Bu-kow (from kow, a goblin), a hobgoblin ; Prov. E. bo-man, Pl. D. bu-mann, Du. bullemann ; W. bw, bwg, bwbach ; Du. bulleback, E. bull-beggar.

As the children be afraid of bear-bugs and bull-beggars.
Sir Thos. Smith in Todd.

In the Italian barabao, E. buggaboo, Swiss butzibau, Sc. boodieboo, Du. bietebau, Esthon. popo, Hung. bubus, an attempt is made to represent the continuance of the terrific sound by the repetition of syllabes formed from the radical articulation, and a greater effect is produced on the mind of the child by the more sonorous title.
Far barabao is explained in Patriarchi's Venetian Dictionary, "far bau ! bau !" to cry boh ! and il brutto barabao is interpreted "il Tentennino il brutto Demonio," the black bug, the buggadoo.
In bug-bear or bear-bug, the word is joined with the name of the wild beast taken as an object of dread.

The humour of melancholye
Causith many a man in slepe to cry,
For fere of beris or of bolis blake,
Or ellis that blake buggys wol him take.
Chaucer

where we find imaginary bulls and bears classed with bugs as objects of nightly terror. Other modifications are boggart, bogle, signifying an object of terror. In southern English the latter of these words is obsolete, but it has left a descendant in the familiar verb to boggle, to be scrupulous, to make difficulties about a thing like a startlish horse passing an object of terror.

We start and boggle at every unusual appearance, and cannot endure the sight of the bug-bear.
Glanville in Todd

In Prov. E. a boggarty horse is one thus liable to start ; to take boggart at an object, to be startled by it ; to take bug in the s.s. - Halliwell. Lith. bugti to take fright, bauginti, to terrify, alarm."
A Dictionnary of English Etymology by Hensleigh Wedgwood, M.A. - 1859

Sc. = Lowland Scotch
Du. = Dutch
Prov. E. = Provincial English
Pl. D. = Plat Deutsch. Low German of the shores of the Baltic.
Esthon. = Esthonian
Lith. = Lithuanian


Dernière édition par le Dim 22 Juil 2007 - 15:40, édité 3 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Kado



Nombre de messages : 156
Age : 47
Localisation : An Oriant
Date d'inscription : 11/05/2007

MessageSujet: Re: BARBAOU - Le Croquemitaine   Dim 22 Juil 2007 - 14:00

Tout simplement passionnant.

Quel est (sont) la (les) source(s) de cet(ces) extrait(s) ?

Je note aussi l'italien barabao.

Kado.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Ostatu
Major; Mestr; Maestro
Major; Mestr; Maestro


Nombre de messages : 5563
Age : 50
Localisation : Lutetia Parisiorum
Date d'inscription : 09/04/2007

MessageSujet: Re: BARBAOU - Le Croquemitaine   Dim 22 Juil 2007 - 14:02

A Dictionnary of English Etymology by Hensleigh Wedgwood, M.A. - 1859
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Ziwzaw
Racine; Gwrizienn; Root
Racine; Gwrizienn; Root


Nombre de messages : 350
Age : 42
Localisation : traou an daou dour
Date d'inscription : 24/04/2007

MessageSujet: Re: BARBAOU - Le Croquemitaine   Dim 22 Juil 2007 - 17:06

Les noms du croque-mitaine dans Geriaoueg yezh ar vugale hag ar vugale vihan de Herve ar Bihan



Hor Yezh 215 diskaramzer 1998

- p. 12

baou benel : croque-mitaine

1716 PEll.ms. 902 Mâo aux environs du Faöu signifie un certain oiseau de proie amphibie lequel a une pate de canne et une d'ecouble, et chasse en l'air et sur l'eau, en sorte que des païsans m'ont assuré avoir trouvé des poissons plus longs qu'un pié sous les arbres sur lesquels il a son nid et ses petits. 1484 Nos Bretons nomment Mâo ou Mêo un autre oiseau du quel on dit qu'il a une pate de canard et une d'ecouble, et qu'il chasse et qu'il pêche.

1968 HYZH. 56-57 / 21 Maou. "Tol ple e arrufe ar vaou" a vez lavaret evit ober aon d'ar vugale e Tredrez (hervez an ao. Gros).

barbaou gourel: croque-mitaine

XV-XVIvet kd Jer. 164 Deuet oar an maessou Barbaou hec.

1716 PEll.ms 51 Barbaou, la beste imaginaire dont on menace les petits enfans, pour les empêcher d'aprocher des lieux dangereux. 1732 GReg. 91a Bête chimerique dont on fait peur aux enfans. Barbaou. ar barbaou.

1821 GON. 29a barbaou, s.m. C'est la bête imaginaire dont on menace les petits enfans en

Bretagne. C'est le loup, l'homme noir, etc., des autres pays. Ma na davez két, é c'halvinn barbaou,

si tu ne te tais pas, j'appellerai la bête. 1876 TDE.BF. 36b barbaou, s. m. Animal chimérique dont on fait peur aux enfants : la bête, ar barbaou.

1913 DGES. E Bodfao / barbao; / E Bodilis / Ma trouzilis., Kerd. A. Le Grand 824, c. 2. 1927 GERI.Ern. 27 barbaou m. Animal chimérique dont on fait peur aux enfants. 1931 VALL. 173a

croque-mitaine barbaou m. (animal chimérique dont on fait peur aux enfants).

# Gw. ABBV. 33.

- p. 13

Bebeg : croque-mitaine 1974 TDBP.III 43 Bèbèg, la bête, croquemitaine. 1992 GBAV. 59 bebeg [bEbE-k] g. (enf.) bêbête.

- p. 20

bleiz gourel, -i : croque-mitaine

1931 VALL. 173a bleiz m. pl. i (loup dont on fait peur...).

bleizañ verb. : faire peur (aux enfants).

1931 VALL. 173a bleiz m. pl. i (loup dont on fait peur..., blei(z)añ (ar vugale) T faire peur ainsi (aux enfants).

bleiz du gourel : croque-mitaine.

1989 TDBP.IV 21 Diwall ! arru eo ar bleiz du dit. Attention! Le loup noir vient te chercher.

(menace aux enfants).

bleiz moan gourel : croque-mitaine. 1997 Skrigneg Ar bleiz moan zo er c'hoad.

bleiz noz gourel : loup-garou.

1919 DBFV.Sup. 8a blei-noz, loup-garou.



Hor Yezh 216 goañv 1998

- p. 17

c’hwiteller-noz gourel : croque-mitaine.

1974 TDBP.III 213 ar c’hwiteller-noz, le siffleur de nuit.



Hor Yezh 217 nevez amzer 1999

- p. 23

gad-wenn benel : croque-mitaine.

- p. 39

kanam : croque-mitaine.

c. 1970 Planiel Debr, peotramant e teuio kanam da gerc’hat ac’hanout !

- p. 47

Koukoug-beg-ruz : croque-mitaine.

# Anavezet e bro an Henbont ( ?).



Hor Yezh 218 hañv 1999

- p. 16

Markez-velen benel : croque-mitaine.

1986 MNJL. 15 Kaozioù lutined, Kornandoned, an Traouilh Tan, Paotr e Voned Ruz, Paotr e Vamm, ar Varkez Velen, ha me oar ?



Hor Yezh 219 diskaramzer 1999

- p. 6

paotr-ar-Roc’h gourel : chiffonier [sic], croque-mitaine. spontus disfizius ...haaaaaaaaaaaa ! :affraid: Jean-Clauauauauaude ! :affraid: :affraid: :affraid: tu es démasqué !

paotr-e-dok-ledan gourel : croque-mitaine.

paotr-kozh-ar-mor gourel : croque-mitaine.

p. 16

roñfl gourel, -ed : croque-mitaine, ogre, géant.

p. 17

Sant-Doujou : (sorte de) croque-mitaine.

1970 TDBP.I 61 Fidamdoulle ! arru eo Sant [sic] Doujou ! non d’un chien ! voilà Sainte Discipline qui arrive ! (personne sévère qui fait obéir les enfants, sorte de croquemitaine).

- p. 19

skoul : croque-mitaine.

1977 TDBP.II 476 N’it ket da hopal ha da huchal evel-se diouzh ar beure, petramant e viot tapet gant ar skoul, n’allez pas crier et brailler comme cela le matin, sans quoi vous serez pris par le milan (se disait aux enfants).

# Gw. Klask 03, 126 ha 128.

p. 30

waoñ gourel : bête, insecte.

1927 GERI.Ern. 441 waoñ.Bête, insecte.

waoñ-du gourel : croque-mitaine.

1927 GERI.Ern. 441 waoñ-du croquemitaine T[régor] , t. enfantin. c.1960 Plourac'h Se oa ar waoñ-du.

# Gw. notenn ABBV. 497-8.

# Gw. L. Fleuriot, in Dalc'homp soñj, Nnn 18, p. 14: « Moins courant est le nom de la corneille», un des avatars d'une déesse guerrière que les Irlandais appelaient la bodb /bodhbh/

puis la Badhbh ;le nom est bien attesté en vieux-breton dans Eu-boduu / ewbhodhbhw /

« bonne-corneille », dans Cat-uodu /kadbhodhbhw/ « combat-corneille », Tri-bodu /tri- bodhbhw / « trois corneille ». Ce dernier nom, avec usage de trois», nous rappelle les trinités si fréquents dans la statuaire gallo-romaine, avec multiplication de l'image ou du nom du dieu. Nous avons ainsi des dédicaces aux « Lugouibus », aux « Lugus ». La Badhbh, déesse de vie et de mort, est encore un personnage très redouté du folklore irlandais. Nous ne sommes pas éloignés de croire qu'il en survit quelque chose dans l'épouvantail appelé ar waoñ du. En effet le mot prononcé /bodhbhw / en vieux-breton est féminin; il se trouvait donc muté après l'article et la prononciation est devenue proche de /vozw / puis /wow / dans les dialectes perdant le / dh/ devenu / z/. Une nasalisation secondaire a pu intervenir, fait courant, tout comme les faux rétablissements d'initiales. C'est pourquoi, sous diverses formes sous-dialectales, telles que maou, maoñv « vautour », waoñdu, vovo, il n'est pas interdit de voir les derniers avatars de notre corneille de mort. Ce n'est pas plus étonnant que de constater que notre vieux compatriote Cat-uodu gardait dans son nom la Cassibodua que nous fait connaître l'inscription du CIL XII, 2571 et, de plus loin, la Cassibodua du CIL XIII, 4525».

# Gw. Gwennole ar Menn, Geriaoueg 01, HYZH. 56-57/21 notenn : ar ger 'maou'. Gw. ivez PEll.ms 902 dindan Mâo.



Bibliographie :

ABBV.
Alc'hwez Bras ar Baradoz Vihan pe Geriahudur ar Brezhoneg gant Martial Menard. An Here. 1995.

DBFV.Sup. Supplément au dictionnaire breton-français du dialecte de Vannes par Émile Ernault. Abbé P. Le Goff. Vannes. Lafolye frères, éditeurs. 1919.

DGES. Danvez Geriadur: Matériaux pour compléter les dictionnaires bretons-français. Gaston Esnault. Quimper. 1913 (a - burgaerez)

GBAV. Geriadur ar brezhoneg a-vremañ. F. Favereau. Skol Vreizh. 1992.

GERI.Ern. Geriadurik brezonek-gallek. Vocabulaire breton-français. Emile Ernault. Saint-Brieuc. Imprimerie- Librairie Prud'homme. 1927. (ar pajennaouiñ zo meneget hervez advoulladur Brud Nevez, 1984)

GON. Dictionnaire celto-breton ou breton-français, par J. F. M. M. Le Gonidec. Angoulême. 1821.

HYZH. Hor Yezh. Kelaouenn a yezhoniezh embannet abaoe 1954. Renet gant Arzel Even ha Pêr Denez.

MNJL. Me, Anjela. Anjela Duval. Mouladurioù Hor Yezh. 1986.

PEll.ms Dom Le Pelletier

TDBP.I Le trésor du breton parlé (Eléments de Stylistique Trégorroise). Première partie. Le Langage Figuré. Jules Gros. 2e édition revue et augmentée. Saint-Brieuc. Les Presses Bretonnes. 1970.

TDBP.II Le trésor du breton parlé (Eléments de Stylistique Trégorroise). Deuxième partie. Dictionnaire breton-français des expressions figurées. Jules Gros. 2e édition. Lannion. 1977.

TDBP.III Le trésor du breton parlé (Eléments de stylistique trégorroise). Troisième partie. Le Style Populaire. Jules Gros. Lannion. 1974.

TDBP.IV Le trésor du breton parlé, présenté par Daniel Giraudon. Jules Gros.
Skol Vreizh-Impram, Lannion, 1989

TDE.BF. Nouveau Dictionnaire pratique Breton-Français du dialecte de Léon avec les acceptions diverses dans les dialectes de Vannes, Tréguier et Cornouailles par A.-E. Troude. Brest. J.B. & A. Lefournier, Libraires- Éditeurs, 86, Grand'Rue. 1876.

VALL. Grand Dictionnaire Français-Breton par François Vallée, avec le concours de E. Ernault et R. Le Roux. Rennes. Édition de l'Imprimerie Commerciale de Bretagne. 7. rue des Francs-Bourgeois. 1931.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Kado



Nombre de messages : 156
Age : 47
Localisation : An Oriant
Date d'inscription : 11/05/2007

MessageSujet: Re: BARBAOU - Le Croquemitaine   Lun 23 Juil 2007 - 12:12

Magnifique.

Très intéressant le gad-wenn pour croque-mitaine.
En forçant un peu (beaucoup même) l'on se retrouve avec le Lapin d'Alice au Pays des Merveilles.
Notennig : Un film américain de 1950 : Harvey, avec James Stewart, met en scène un personnage invisible appelé Pooka. C'est une créature du folklore Irlandais. "Sorte de lutin ou farfadet malin et espiègle qu'on appelait aussi Robin Goodfellow ou Hobgoblin. Il joue des tours aux voyageurs, se transforme, effraie les jeunes filles et bouscule les vieilles dames.".
Dans ce film, ce Pooka, prénommé Harvey, est décrit comme un lapin blanc géant de près de 2 mètres qui n'est visible qu'à certaines personnes.

Le travail sur le nom de la corneille par Fleuriot est impressionnant. Il nous ramène précisément sur l'un des aspects soulevé plus haut dans ce fil, le lien entre oiseaux et le concept du Croquemitaine.
Ronan a écrit:
Le mot "ouaoñ" me fait penser à "ar vaou", nom d'un oiseau croquemitaine qui enlève les petits enfants, si je me souviens bien. Je crois que c'était aussi en Trégor. Je crois qu'en Centre-Bretagne on connaît aussi "ar liketaer", un autre oiseau du même genre, censé pousser les enfants dans la rivière s'ils s'en rapprochent trop.
Philippe ANGER a écrit:
"Skoul m. milan (employé autrefois au sens de croquemitaine).
N'it ket da hopal ha da huchal evel-se diouzh ar beure, peotramant viot tapet gant ar skoul, n'allez pas crier et brailler comme cela le matin, sans quoi vous serez pris par le milan (se disez autrefois aux enfants)."
TDBP II - Jules GROS - p. 476

Markez-velen est très intéressant aussi. C'est bien la Marquise Jaune ? C'est très particulier non, l'emploi d'un caractère aussi marqué (socialement du moins) pour faire fonction d'épouvantail pour les enfants ?

Kado.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Ostatu
Major; Mestr; Maestro
Major; Mestr; Maestro


Nombre de messages : 5563
Age : 50
Localisation : Lutetia Parisiorum
Date d'inscription : 09/04/2007

MessageSujet: Re: BARBAOU - Le Croquemitaine   Lun 23 Juil 2007 - 15:31

Lire aussi l'article de F. Favereau, très complet, sur les oiseaux merveilleux en breton AL LIKETAER, AL LOGOTAER HAG AN EVNED MARVAILHUS ALL


Dernière édition par Ostatu le Ven 13 Mar 2009 - 17:18, édité 2 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Kado



Nombre de messages : 156
Age : 47
Localisation : An Oriant
Date d'inscription : 11/05/2007

MessageSujet: Re: BARBAOU - Le Croquemitaine   Mar 24 Juil 2007 - 16:30

Merci beaucoup pour cet extrait.
Je chercherais en ce qui concerne les oiseaux fantastiques. Certains contes de François Cadic ont des notes à leur sujet concernant le pays vannetais.
Je vais retrouver ça dans les livres et chercher en Pays Pourlet.

Kado.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Ostatu
Major; Mestr; Maestro
Major; Mestr; Maestro


Nombre de messages : 5563
Age : 50
Localisation : Lutetia Parisiorum
Date d'inscription : 09/04/2007

MessageSujet: Re: BARBAOU - Le Croquemitaine   Lun 13 Aoû 2007 - 16:19

Kado a écrit:


Un film américain de 1950 : Harvey, avec James Stewart, met en scène un personnage invisible appelé Pooka. C'est une créature du folklore Irlandais. "Sorte de lutin ou farfadet malin et espiègle qu'on appelait aussi Robin Goodfellow ou Hobgoblin. Il joue des tours aux voyageurs, se transforme, effraie les jeunes filles et bouscule les vieilles dames.".
Dans ce film, ce Pooka, prénommé Harvey, est décrit comme un lapin blanc géant de près de 2 mètres qui n'est visible qu'à certaines personnes.


Kado.

J'ai pu me procurer ce film cet été. Fort plaisant et divertissant. On y voit un nommé Wilson cherchait dans une encyclopédie le sens de Pooka. Voici ce qu'il lit à haute voix :

"WILSON : "P O O K A - Pooka - from old
Celtic mythology - a fairy spirit in
animal form - always very large. The
pooka appears here and there - now and
then - to this one - and that one - a
benign but mischievous creature - very
fond of rumpots, crackpots, and how are
you, Mr. Wilson?" "How are you, Mr.
Wilson?"! Who in the encyclopedia wants
to know ? "
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Ostatu
Major; Mestr; Maestro
Major; Mestr; Maestro


Nombre de messages : 5563
Age : 50
Localisation : Lutetia Parisiorum
Date d'inscription : 09/04/2007

MessageSujet: Re: BARBAOU - Le Croquemitaine   Lun 17 Sep 2007 - 12:37

Ziwzaw a écrit:


kanam : croque-mitaine.


"Huchal a rae Kanamm bernioù komzoù en ur sevel ha diskenn a bep eil e zivrec'h (le croquemitaine)
(Barr-Heol n°79, p. 19)"
Geriadurig yezh E. ar Barzhig - Kervoc'h - Hor Yezh 118 - p. 29
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Ostatu
Major; Mestr; Maestro
Major; Mestr; Maestro


Nombre de messages : 5563
Age : 50
Localisation : Lutetia Parisiorum
Date d'inscription : 09/04/2007

MessageSujet: Re: BARBAOU - Le Croquemitaine   Mer 28 Nov 2007 - 20:59

PWCCA (en gallois)

"The Pwka, or Pwca.

Another imaginary being, closely allied to the Fairy family, was the Pwka. He seems to have possessed many of the mischievous qualities of Shakespeare’s Puck, whom, also, he resembled in name, and it is said that the Pwka, in common with the Brownie, was a willing worker.

The Rev. Edmund Jones in his Book of Apparitions gives an account of one of these goblins, which visited the house of Job John Harry, who lived at a place called the Trwyn, and hence the visitor is called Pwka’r Trwyn, and many strange tales are related of this spirit. The writer of the Apparitions states that the spirit stayed in Job’s house from some time before Christmas until Easter Wednesday. He writes:—“At first it came knocking at the door, chiefly by night, which it continued to do for a length of time, by which they were often deceived, by opening it. At last it spoke to one who opened the door, upon which they were much terrified, which being known, brought many of the neighbours to watch with the family. T. E. foolishly brought a gun with him to shoot the spirit, as he said, and sat in the corner. As Job was coming home that night the spirit met him, and told him that there was a man come to the house to shoot him, ‘but,’ said he, p. 122’thou shalt see how I will beat him.’ As soon as Job was come to the house stones were thrown at the man that brought the gun, from which he received severe blows. The company tried to defend him from the blows of the stones, which did strike him and no other person; but it was in vain, so that he was obliged to go home that night, though it was very late; he had a great way to go. When the spirit spoke, which was not very often, it was mostly out of the oven by the hearth’s side. He would sometimes in the night make music with Harry Job’s fiddle. One time he struck the cupboard with stones, the marks of which were to be seen, if they are not there still. Another time he gave Job a gentle stroke upon his toe, when he was going to bed, upon which Job said, ‘Thou art curious in smiting,’ to which the spirit answered, ‘I can smite thee where I please.’ They were at length grown fearless and bold to speak to it, and its speeches and actions were a recreation to them, seeing it was a familiar kind of spirit which did not hurt them, and informed them of some things which they did not know. One old man, more bold than wise, on hearing the spirit just by him, threatened to stick him with his knife, to which he answered, ‘Thou fool, how can thou stick what thou cannot see with thine eyes.’ The spirit told them that he came from Pwll-y-Gaseg, i.e., Mare’s Pit, a place so called in the adjacent mountain, and that he knew them all before he came there. . . . On Easter Wednesday he left the house and took his farewell in these words:—‘Dos yn iack, Job,’ i.e., ‘Farewell, Job,’ to which Job said, ‘Where goest thou?’ He was answered, ‘Where God pleases.’”

The Pwka was credited with maliciously leading benighted men astray. He would appear with a lantern or candle in hand, some little distance in front of the traveller, and without any exertion keep ahead of him, and leading him p. 123through rocky and dangerous places, would suddenly, with an ironical laugh blow out the candle, and disappear, and leave the man to his fate.

The following tale, taken from Croker’s Fairy Legends of Ireland, vol. ii., pp. 231-3, well illustrates this mischievous trait in the character of the Pwka. The writer has seen the tale elsewhere, but as it differs only slightly from that recorded by Croker, he gives it in the words of this author. His words are as follows:—

“Cwm Pwcca, or the Pwcca’s Valley, forms part of the deep and romantic glen of the Clydach, which, before the establishment of the iron works of Messrs. Frere and Powell, was one of the most secluded spots in Wales, and therefore well calculated for the haunt of goblins and fairies; but the bustle of a manufactory has now in a great measure scared these beings away, and of late it is very rarely that any of its former inhabitants, the Pwccas, are seen. Such, however, is their attachment to their ancient haunt, that they have not entirely deserted it, as there was lately living near this valley a man who used to assert that he had seen one, and had a narrow escape of losing his life, through the maliciousness of the goblin. As he was one night returning home over the mountain from his work, he perceived at some distance before him a light, which seemed to proceed from a candle in a lantern, and upon looking more attentively, he saw what he took to be a human figure carrying it, which he concluded to be one of his neighbours likewise returning from his work. As he perceived that the figure was going the same way with himself, he quickened his pace in order that he might overtake him, and have the benefit of his light to descend the steep and rocky path which led into the valley; but he rather wondered that such a short person as appeared to carry the lantern should be able to walk so p. 124fast. However, he re-doubled his exertions, determined to come up with him, and although he had some misgivings that he was not going along the usual track, yet he thought that the man with the lantern must know better than himself, and he followed the direction taken by him without further hesitation. Having, by dint of hard walking, overtaken him, he suddenly found himself on the brink of one of the tremendous precipices of Cwm Pwcca, down which another step would have carried him headlong into the roaring torrent beneath. And, to complete his consternation, at the very instant he stopped, the little fellow with the lantern made a spring right across the glen to the opposite side, and there, holding up the light above his head, turned round and uttered with all his might a loud and most malicious laugh, upon which he blew out his candle, and disappeared up the opposite hill.”

This spirit is also said to have assisted men in their labours, and servant girls and servant men often had their arduous burdens lightened by his willing hands. But he punished those who offended him in a vindictive manner. The Pwka could hide himself in a jug of barm or in a ball of yarn, and when he left a place, it was for ever.

In the next chapter I will treat of another phase of legendary lore, which, although highly imaginative, seems to intimate that the people who transmitted these tales had some knowledge, though an exaggerated one, of a people and system which they supplanted."

Welsh Folk-lore by The rev. Elias OWEN.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
gerard
Racine; Gwrizienn; Root
Racine; Gwrizienn; Root


Nombre de messages : 918
Age : 60
Localisation : naoned
Date d'inscription : 26/10/2007

MessageSujet: Re: BARBAOU - Le Croquemitaine   Jeu 29 Nov 2007 - 19:20

Croque-Mitaine cf. brezhoneg mitaou, cf. galleg matou. Brezhoneg: barbaou.
Cf. Barbechat (Loire-Atlantique) hag e "chat-palud" (mojenn). Notit: barbe + chat.

Barbaou = (?) mar-baou: grande corneille, grande buse (!), evn preizh meur
pe: marc'h + baou.


Adskrivo a ran amañ izelloc'h traoù bet embannet a-gozh ganin (adaptet int bet ganin):

"matou" en breton, des cas particuliers avec finale en T:

1er isolat:
K + T
1) Bothoa (en St-Nicolas-du-Pélem, Côtes-d'Armor, 22, Haute Cornouaille, à 10 km à l'Ouest de la limite linguistique de 1886 dite "ligne Sébillot"): farko:d) (= matou) (Humphreys, Phonologie et morphosyntaxe du parler breton de Bothoa, 1995, p. 77).
2) Saint-Gilles-Pligeaux (à 7 km au nord est de Bothoa): far'kâ:t (NALBB, carte 254 "matou", point 67).
3) Plussulien (à 9 km au sud est de Bothoa): maxko:t (NALBB, point 72).

Autre forme en T:
4) Sainte-Brigitte (à 19 km au sud de Bothoa): ma'ro-out (ou = [u]) (NALBB, point 156).

2e isolat:
K + T
5) Naizin (NALBB, pt 160, à 45 km au sud sud est de Bothoa): mar'ko-out.
6) Pluméliau (NALBB, pt 161, à 11 km à l'ouest de Naizin): tar'ka-out.

Dans toutes les formes précédentes, c'est en particulier le T qui pose problème. Apparition récente? Archaïsme? Influence du roman? Comme il y a deux isolats bien distincts, on peut penser plutôt à un archaïsme.
Les points concernés sont à l'intérieur des terres et pas très loin de l'actuelle limite linguistique avec le roman.

Les formes usuelles notées par le NALBB quasiment partout ailleurs sont : "targazh" (taureau-chat), et "marcow" sur la frange est du haut vannetais.

La carte 255 du NALBB donne les formes au pluriel "des matous".
L'ALF a la carte 825 "matou" pour les parlers romans. (Patois…, P. Guiraud, Que sais-je? 1285, 1971, p. 62)

Je ne sais si on est en droit de remonter au gaulois "cattos" (avec premier composant "far-", "mar-") ou s'il y a une explication plus simple (emprunt au roman?, maintien du T du latin cattus?).

Pour le préfixe mar-, je rapprocherais avec le nom du corbeau (mâle?) en breton.
On a en moyen breton "marchbran" (= cheval mâle-corbeau), mais je ne sais plus dans quel texte. Maunoir donne "corbeau: bran, marbran", Grégoire de Rostrenen donne "malfran", L'A. (dictionnaire vannetais) donne "marh-bran".
Maraud (= matou) est donné comme mot dialectal de l'ouest et du centre par le TLFi. Pour ma part, j'ai entendu mon grand-père (pays de la Mée, dpt 44 L.-A.) dire "markwaw".
"marcos" = cheval est bien attesté en gaulois.
Au vu de ce qui a été relevé dans le NALBB, il est probable que "marcou" et "maraud" ne sont que deux formes issues du même étymon gaulois *mark-kattos (= cheval mâle-chat).
Le mot breton plus connu "targazh" (= matou) peut être traduit, je le rappelle, par "taureau-chat".
Pour "Mark-wulf" (cf. Saint-Marcouf), j'en suis à me demander si on n'a pas tout simplement "cheval mâle-loup" (= loup mâle) plutôt que le bizarre "loup de la Marche, de la frontière".

Les formes en mark- du matou en français:
Ces formes sont périphériques du domaine d'oïl:
- nord du Limousin (margaud)
- haute Bretagne, Maine, Anjou, Touraine
- est de la Normandie, nord ouest de la Picardie
- frange en Belgique au contact du germanique
- Meuse, Haute-Marne (approximativement)
- Lorraine du sud et Jura du nord
- Nièvre, partie sud de la Côte-d'Or, partie nord ouest de la Saône-et-Loire (approximativement, dont Morvan)
Ce qui laisse supposer plutôt archaïsmes qu'innovations (surtout pour le Morvan, le Limousin, le Jura).

- je rapprocherais volontiers les formes ka-ou du nord de la France de marka-ou.
- très intéressantes sont les deux formes marpo, au contact des formes markou, maro et matou: cf. celte en q et celte en p.
- ne peut-il y avoir eu évolution interne markou, marpo, maro plus ou moins rapide selon les régions (sous influence du latin)? Cf. évolution en breton k, x, h , rien.
- le TLFi, pour "maraud" (l'homme) penche plutôt pour un mot issu de l'instrument agricole appelé "marre".
Au vu de ces éléments, je penche pour une origine celtique de "markou" et "marpo", et, mais avec une conviction moindre, de "maro".
Matou est principalement charentais, occitan, franco-provençal et suit l'axe Saône-Seine (forme probablement innovante en domaine d'oïl).



Barbaou
Oc'hpenn-se, notamp: gwenedeg (Plouhinec) bañbañn = épouvanté (?)

gg
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Ostatu
Major; Mestr; Maestro
Major; Mestr; Maestro


Nombre de messages : 5563
Age : 50
Localisation : Lutetia Parisiorum
Date d'inscription : 09/04/2007

MessageSujet: Re: BARBAOU - Le Croquemitaine   Jeu 29 Nov 2007 - 19:43

gerard a écrit:


On a en moyen breton "marchbran" (= cheval mâle-corbeau), mais je ne sais plus dans quel texte.

gg

Dans le Catholicon, marchbran 'corbin'.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Ostatu
Major; Mestr; Maestro
Major; Mestr; Maestro


Nombre de messages : 5563
Age : 50
Localisation : Lutetia Parisiorum
Date d'inscription : 09/04/2007

MessageSujet: Re: BARBAOU - Le Croquemitaine   Sam 24 Avr 2010 - 16:14

"arnikan, sub. /arničãn/ : démon fréquentant la grotte du Skeul et dont l'évocation était destinée à effrayer les enfants."
Le breton de Belle-Ile-en-Mer - Patrick le Besco - p. 38

č = occlusive sourde palatale
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
jeje
Major; Mestr; Maestro
Major; Mestr; Maestro


Nombre de messages : 3332
Localisation : Naoned
Date d'inscription : 25/10/2008

MessageSujet: Re: BARBAOU - Le Croquemitaine   Sam 24 Avr 2010 - 16:37

Faut-il rapprocher arnikchãn de (vers Locminé, Plumelin)
[urikrãnεt] = termaji, fr. saltimbanques (et accusés autrefois d'être des 'voleurs d'enfants')
Possible...
http://bretonpopulaire.forumactif.com/devizeu-ar-treu-a-beb-sort-divizou-war-traou-a-beb-seurt-discussion-generale-f1/an-orikraned-t326.htm
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Alexandre
Major; Mestr; Maestro
Major; Mestr; Maestro


Nombre de messages : 396
Age : 47
Localisation : Marly le Roi
Date d'inscription : 06/04/2007

MessageSujet: Re: BARBAOU - Le Croquemitaine   Lun 26 Avr 2010 - 10:22

gerard a écrit:
Au vu de ce qui a été relevé dans le NALBB, il est probable que "marcou" et "maraud" ne sont que deux formes issues du même étymon gaulois *mark-kattos (= cheval mâle-chat).
Comment détailles-tu le passage du celtique *kattos au breton -cou ?
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Marc'heg an Avel
Admin
Admin


Nombre de messages : 6416
Age : 69
Localisation : Lannuon / Lannion. Breizh Izel
Date d'inscription : 27/03/2007

MessageSujet: Re: BARBAOU - Le Croquemitaine   Lun 26 Avr 2010 - 10:36

Bonjour,

Si ça peut aider :

http://www.cnrtl.fr/definition/maraud

-----------

Sans avis.

JCE studiañ

_________________
"Ne te borne pas seulement à respirer avec l'air qui t'environne, mais à penser désormais avec l'intelligence qui environne tout. La force intelligente, en effet, n'est pas moins répandue partout, et ne s'insinue pas moins, en tout être capable de s'en pénétrer, que l'air en tout être qui peut le respirer".

Marc-Aurèle. Pensées pour moi-même. Livre VIII; verset LIV".
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://marikavel.org/bonjour.htm
gerard
Racine; Gwrizienn; Root
Racine; Gwrizienn; Root


Nombre de messages : 918
Age : 60
Localisation : naoned
Date d'inscription : 26/10/2007

MessageSujet: Re: BARBAOU - Le Croquemitaine   Lun 26 Avr 2010 - 17:41

Alexandre,
Marcou n'est pas breton (du domaine linguistique bretonnant) mais roman.
Ce qui m'a d'abord intrigué, ce sont les formes en t désignant le matou en breton repérées grace aux enquêteurs du NALBB (ces formes pourraient laisser supposer à côté de celles majoritaires "taureau-chat" des formes "étalon-chat" pour désigner le chat mâle).
Le rapprochement avec le gaulois cattos est bien évidemment tentant.
Je m'avance sans doute beaucoup pour ce qui est de mes réflexions sur le domaine roman mais au vu des cartes dialectales il y a sûrement matière à approfondissement et à réflexion pour les spécialistes.
Pour ce qui est des possibilités et des impossibilités en diachronie, je suis presque totalement incompétent.
gg
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Ostatu
Major; Mestr; Maestro
Major; Mestr; Maestro


Nombre de messages : 5563
Age : 50
Localisation : Lutetia Parisiorum
Date d'inscription : 09/04/2007

MessageSujet: Re: BARBAOU - Le Croquemitaine   Sam 24 Juil 2010 - 11:51

Citation :
Hor Yezh 217 nevez amzer 1999 - p. 23

gad-wenn (benel) croque-mitaine.


"[...] Un lapin blanc d'une grandeur extraordinaire qui sort la nuit des ruines de Penhoët descend dans les douves, disparaît sous les ronces, va, vient, repasse cent fois par le même endroit, puis monte au sommet de la tour où il fait entendre des cris lamentables. Lorsque les chiens le rencontrent, ils s'arrêtent ou s'enfuient la queue basse ; le plomb du chasseur ne peut l'atteindre : si on le poursuit sans armes, il ne s'enfuit pas, il vous promène, vous égare dans les douves ou il s'éloigne tout doucement en perdant sa taille, puis il disparaît tout à coup, sans qu'on puisse découvrir sa retraite. [...]"
Le Folklore de France - Paul Sébillot - IV
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Ostatu
Major; Mestr; Maestro
Major; Mestr; Maestro


Nombre de messages : 5563
Age : 50
Localisation : Lutetia Parisiorum
Date d'inscription : 09/04/2007

MessageSujet: Re: BARBAOU - Le Croquemitaine   Mer 22 Sep 2010 - 15:14

"Pour empêcher les enfants de prendre des petits pois dans les champs, on leur fait peur en disant, Dioual, aze ema ar gouere."
Le breton d'Ouessant - Dom Malgorn - Annales de Bretagne n°25
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Seoc
Mignon / Ami / Friend
Mignon / Ami / Friend


Nombre de messages : 86
Localisation : Bro Neñnèit / Paeiz de Nauntt
Date d'inscription : 01/08/2008

MessageSujet: Re: BARBAOU - Le Croquemitaine   Mar 28 Sep 2010 - 18:33

lapin blanc en pays gallo itou:

dans "autour de la Roche Bernard", Marie Huguet de Bringuin en Nivillac (pays nantais), raconte l'histoire d'un lapin blanc magique près de la fontaine de Caumont qui est blessé par un chasseur, ce dernier au bourg rencontre un Monsieur qui s'avère être le lapin blanc délivré de cette forme car le chasseur "la marqué de son sang". "tu ma délivré sinon c'est toi qui serais là.. à ma place"
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Ostatu
Major; Mestr; Maestro
Major; Mestr; Maestro


Nombre de messages : 5563
Age : 50
Localisation : Lutetia Parisiorum
Date d'inscription : 09/04/2007

MessageSujet: Re: BARBAOU - Le Croquemitaine   Mer 9 Fév 2011 - 0:03

Ostatu a écrit:
Kado a écrit:


Un film américain de 1950 : Harvey, avec James Stewart, met en scène un personnage invisible appelé Pooka. C'est une créature du folklore Irlandais. "Sorte de lutin ou farfadet malin et espiègle qu'on appelait aussi Robin Goodfellow ou Hobgoblin. Il joue des tours aux voyageurs, se transforme, effraie les jeunes filles et bouscule les vieilles dames.".
Dans ce film, ce Pooka, prénommé Harvey, est décrit comme un lapin blanc géant de près de 2 mètres qui n'est visible qu'à certaines personnes.


Kado.

J'ai pu me procurer ce film cet été. Fort plaisant et divertissant. On y voit un nommé Wilson cherchait dans une encyclopédie le sens de Pooka. Voici ce qu'il lit à haute voix :

"WILSON : "P O O K A - Pooka - from old
Celtic mythology - a fairy spirit in
animal form - always very large. The
pooka appears here and there - now and
then - to this one - and that one - a
benign but mischievous creature - very
fond of rumpots, crackpots, and how are
you, Mr. Wilson?" "How are you, Mr.
Wilson?"! Who in the encyclopedia wants
to know ? "

what's a Pooka ?
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Ostatu
Major; Mestr; Maestro
Major; Mestr; Maestro


Nombre de messages : 5563
Age : 50
Localisation : Lutetia Parisiorum
Date d'inscription : 09/04/2007

MessageSujet: Re: BARBAOU - Le Croquemitaine   Mar 4 Sep 2012 - 14:29

Ar grec'hmitouarn 'croquemitaine'

Quel est la première attestation de ce mot ?
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Gwezhenneg
Racine; Gwrizienn; Root
Racine; Gwrizienn; Root


Nombre de messages : 219
Localisation : Bro-Leon
Date d'inscription : 27/02/2011

MessageSujet: Re: BARBAOU - Le Croquemitaine   Lun 8 Sep 2014 - 19:21

Kado a écrit:
Pour faire avancer le schilmblick BARBAOU
Et c'est bien le mot Bleiz qui est principalement utilisé pour exprimer le concept du Loup-Garou :
Bleiz-Du, Bleiz-Noz, Den-Bleiz, Bleiz-Garv, Den-Bleidet.

Kado)

Salud dit Kado,

Plijout a rafe din goût e-pelec'h e vez graet gant bleiz-du da dreiñ Bleiz-Garv?
Din-me e seblant talvezout "bleiz du" hepken
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Gwezhenneg
Racine; Gwrizienn; Root
Racine; Gwrizienn; Root


Nombre de messages : 219
Localisation : Bro-Leon
Date d'inscription : 27/02/2011

MessageSujet: Re: BARBAOU - Le Croquemitaine   Lun 8 Sep 2014 - 23:22

Ostatu a écrit:
Ar grec'hmitouarn 'croquemitaine'

Quel est la première attestation de ce mot ?

Koshañ hini a anavezan eo hini Geriadur ar brezhoneg a-vremañ
Setu e tle bezañ e skridoù Yann Gerven un tu bennak
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: BARBAOU - Le Croquemitaine   Aujourd'hui à 9:12

Revenir en haut Aller en bas
 
BARBAOU - Le Croquemitaine
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 2 sur 2Aller à la page : Précédent  1, 2
 Sujets similaires
-
» BARBAOU - Le Croquemitaine
» le croquemitaine

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
ACADEMIA-CELTICA :: Linguistique. Littérature. Légendes :: Bretagne. Breizh. Bertaeyn. Brittany-
Sauter vers: