ACADEMIA-CELTICA

Istor-Histoire; Douaroniezh- Géographie; Arkeologiezh-Archéologie; Gouennoniezh-Ethnologie; Yezhouriezh-Linguistique; Sevenadur hag Hengoun ar vroioù kelt - Culture et traditions des pays celtiques
 
Encyclopédie MarikavelAccueilFAQRechercherS'enregistrerMembresGroupesConnexion
Rechercher
 
 

Résultats par :
 
Rechercher Recherche avancée
Derniers sujets
» Voies romaines en Bretagne armoricaine
Jeu 12 Jan 2017 - 22:42 par jeje

» Dire le SOMMEIL
Mar 10 Jan 2017 - 20:54 par Jeannotin

» Le dictionnaire breton (cornouaillais) du père Le Scao
Ven 6 Jan 2017 - 18:53 par jeje

» Blog Karrikell et bonne année 2017
Ven 6 Jan 2017 - 14:07 par elouan

» TROGUERY / TROGERI
Lun 2 Jan 2017 - 21:06 par Marc'heg an Avel

» Toge virile
Sam 31 Déc 2016 - 14:13 par Marc'heg an Avel

» Le chanvre
Sam 31 Déc 2016 - 11:05 par Yann-Fañch

» Parler du sexe et du corps de l'autre
Sam 31 Déc 2016 - 10:55 par Yann-Fañch

» Décembre : Miz Kerdu / Miz Kerzu
Ven 30 Déc 2016 - 15:54 par Marc'heg an Avel

» Famille de GAPTIERE / GABETIERE
Ven 30 Déc 2016 - 14:06 par Marc'heg an Avel

» DIKSIONÈR KREIS-BREIZH
Ven 30 Déc 2016 - 11:21 par Per-Kouk

» Le langage des bannières
Jeu 29 Déc 2016 - 21:09 par Marc'heg an Avel

» Libellule / Nadoz-aer
Jeu 29 Déc 2016 - 17:11 par Yann-Fañch

» Famille du PLESSIS de COETJUNVAL
Jeu 29 Déc 2016 - 13:17 par Jeannotin

» BOUAYE
Mer 28 Déc 2016 - 9:42 par jeje


Partagez | 
 

 La palatalisation du K

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Marc'heg an Avel
Admin
Admin


Nombre de messages : 6449
Age : 69
Localisation : Lannuon / Lannion. Breizh Izel
Date d'inscription : 27/03/2007

MessageSujet: La palatalisation du K   Sam 30 Juil 2011 - 11:55

Bonjour,

A la demande de renseignement d'un correspondant de Sydney, en Australie, qui travaille actuellement sur une thèse concernant la Bretagne, j'ai donc numérisé les pages 86 et 87 de Origines de la Bretagne, de Léon Fleuriot :

--------------------

5. LA ZONE DE PALATALISATION DE k EN CONTACT AVEC e ET i EN BASSE-BRETAGNE

La palatalisation de k devant e et i date dans les langues romanes de la fin du 2e siècle et s'est généralisée au 3e siècle (47). Dès le 6e siècle, dans tout l'Ouest de l'Empire (sauf en Dalmatie et au centre de la Sardaigne), ce k' palatalisé évolue en ts, et, au 13e siècle, ce ts évolue en s au Nord de la France. Au contraire, la palatalisation de k devant a en français est tardive (au plus tôt 7e-8e siècle) et limitée à la France du Nord (sauf la côte de la Manche), k' devant a aboutit à tch puis, au 13e siècle, à ch.
La palatalisation de k devant e et i étant un fait accusé en roman et beaucoup moins accusé en brittonique, c'est donc au contact de populations romanophones que le breton vannetais a développé cette tendance.
On ne peut dresser, dans l'état actuel de la documentation, une carte montrant la zone où k palatalisé se réalise en /k'/ et celle où il donne /tch/. Une telle carte serait pourtant fort instructive. D'après quelques sondages personnels, c'est au Sud-Est que la prononciation /tch/ est la plus fréquente. Falc'hun(48) relève que la côte du Vannetais palatalisé k devant e ou i moins souvent que l'intérieur. Ceci peut être dû au grand nombre de Bretons fixés sur la côte (49).
Nous trouvons dans ce traitement de k et sa répartition une sorte de contre-épreuve de ce que les noms en -ac nous ont appris. Une fois de plus, le Nord-Ouest subit moins l'influence romane que le Sud-Est. Ceci fut vrai avant comme après l'émigration bretonne.
Comment cette palatalisation de k avant e ou i gagna-t-elle le Vannetais? Il ne semble pas que le phénomène de palatalisation de k en vannetais soit dû à l'influence « extérieure » du roman de Haute-Bretagne, comme le pense Jackson (50). Cette palatalisation est due à l'influence « interne » de parlers romans absorbés par le breton antérieurement au phénomène de palatalisation de k devant a.
Si la prononciation k', tch était due à cette influence extérieure, on ne voit pas pourquoi la palatalisation de « k » devant « a » n'aurait pas aussi franchi la frontière linguistique. Il est plus logique d'admettre que le vannetais a absorbé (notamment au Sud-Est) des parlers romans archaïques qui palatalisaient k devant e et i, mais non devant a (51). Il ne paraît pas non plus possible d'expliquer l'importance de la palatalisation dans un seul dialecte du breton par un développement interne purement « brittonique ». Les palatalisations observées en gallois moderne (52) sont beaucoup moins importantes qu'en vannetais.

(47 Fouché, Phonétique historique du français, p. 553, 555, etc. ; Bourriez, Eléments de linguistique romane, § 57a, § 165, § 269, et Phonétique française, p. 128.
(48) Falc'hun, L'histoire de la langue bretonne..., éd. 1963, t. 2, p. 18, carte 14.
(49) Voir carte 6.
(50) Jackson, Phonological History of Breton, p. 403, § 565.
(S1) Voir par exemple, note 75, ci-dessous Gregam (de *grand- camp-) sans palatalisation de /k/ devant /a/ mais avec lénition de /k/.

------------

Cette page, accentuée, sera accessible à l'adresse :

http://marikavel.org/linguistique/fleuriot-palatalisation-k.htm

-------------

Voir aussi planche n° 9 :


_________________
"Ne te borne pas seulement à respirer avec l'air qui t'environne, mais à penser désormais avec l'intelligence qui environne tout. La force intelligente, en effet, n'est pas moins répandue partout, et ne s'insinue pas moins, en tout être capable de s'en pénétrer, que l'air en tout être qui peut le respirer".

Marc-Aurèle. Pensées pour moi-même. Livre VIII; verset LIV".
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://marikavel.org/bonjour.htm
gerard
Racine; Gwrizienn; Root
Racine; Gwrizienn; Root


Nombre de messages : 918
Age : 60
Localisation : naoned
Date d'inscription : 26/10/2007

MessageSujet: Re: La palatalisation du K   Sam 30 Juil 2011 - 14:15

"Falc'hun(48) relève que la côte du Vannetais palatalise k devant e ou i moins souvent que l'intérieur."

Mon impression (subjective) est la même que celle de Falc'hun. Ce fait m'a surpris, moi qui prenait les Vannetais bretonnants pour des "tcheu-tcheu".
Les pays pourlet et, cornouaillais, de l'Aven, qui palatisent beaucoup, ont-ils une toponymie
d'origine romane "conservée" plus "drue" qu'ailleurs dans le reste de la Bretagne bretonnante?
Je vois sur la carte : Berné, Redené. Pourquoi Mellac et pas Mellé dans ce même secteur?
Les pays de l'Aven correspondent à une zone où les plou- sont rares, voire absents.
gg
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
 
La palatalisation du K
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Palatalisation
» La palatalisation du K

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
ACADEMIA-CELTICA :: Linguistique. Littérature. Légendes :: Bretagne. Breizh. Bertaeyn. Brittany-
Sauter vers: