ACADEMIA-CELTICA

Istor-Histoire; Douaroniezh- Géographie; Arkeologiezh-Archéologie; Gouennoniezh-Ethnologie; Yezhouriezh-Linguistique; Sevenadur hag Hengoun ar vroioù kelt - Culture et traditions des pays celtiques
 
Encyclopédie MarikavelAccueilFAQRechercherS'enregistrerMembresGroupesConnexion
Rechercher
 
 

Résultats par :
 
Rechercher Recherche avancée
Derniers sujets
» Toponymie bretonne à Nort sur Erdre
Aujourd'hui à 0:45 par jeje

» Le bêtisier arthurien
Hier à 22:55 par Marc'heg an Avel

» La confusion permanente entre Bretagne et Armorique
Ven 23 Juin 2017 - 10:53 par Marc'heg an Avel

» Les K barrés sur le cadastre
Ven 23 Juin 2017 - 10:25 par Marc'heg an Avel

» Film : LE ROI ARTHUR: LA LÉGENDE D'EXCALIBUR
Dim 18 Juin 2017 - 8:45 par Marc'heg an Avel

» TONQUEDEC / TONKEDEG
Ven 16 Juin 2017 - 21:39 par Marc'heg an Avel

» groseille, guernozelle, cassis, castille, Ribes uva-crispa, nigrum etc.
Dim 11 Juin 2017 - 21:27 par Marc'heg an Avel

» Stonehenge ... et plus si affinités ?!
Dim 11 Juin 2017 - 15:38 par yan

» La cornemuse dans tous ses états
Ven 9 Juin 2017 - 11:26 par Marc'heg an Avel

» Harpe / Telenn
Ven 9 Juin 2017 - 11:17 par Marc'heg an Avel

» Jean-Louis LATOUR
Jeu 8 Juin 2017 - 10:40 par Marc'heg an Avel

» Theremin, instrument musical vibratoire sans contact
Jeu 8 Juin 2017 - 9:16 par gunthiern

» Brocéliande, en Paule
Mer 7 Juin 2017 - 13:42 par Marc'heg an Avel

» LOUARGAT / LOUERGAD
Mer 31 Mai 2017 - 21:05 par Marc'heg an Avel

» DIKSIONÈR KREIS-BREIZH
Mer 31 Mai 2017 - 17:17 par Per-Kouk


Partagez | 
 

 Le nom des fleurs : une francisation sentimentale

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Jeannotin
Major; Mestr; Maestro
Major; Mestr; Maestro


Nombre de messages : 140
Age : 23
Localisation : Cléden-Poher
Date d'inscription : 29/07/2014

MessageSujet: Le nom des fleurs : une francisation sentimentale   Mer 2 Nov 2016 - 19:48

La richesse du vocabulaire breton provient en partie de sa double filiation à la fois celtique et romane. Parfois, deux mots issus de ces deux sources différentes peuvent être de sens voisins et entrer en concurrence. Le cas de bleuñ face à fleur particulièrement intéressant comme illustration des mécanismes de pénétration des emprunts français dans le vocabulaire breton. En effet, dans certains parlers, le vieux mot celtique bleuñ s'est spécialisé et désigne surtout les fleurs des arbres et des arbustes. Ainsi, à Cléden, fleur (attesté en breton en 1633) est devenu le nom des fleurs en général tandis qu'un autre mot roman : bouked a le sens de bouquet, de fleur des champs et est présent dans certains noms d'espèces :

Med pé welè-hè ar fleur 'tond ba'n ne(ve)-amzer vis(e) gwraet boukidi-hañw doc'h an dra-s(e)
Mais quand ils voyaient venir les fleurs au printemps, on appelait cela des pâquerettes
https://brezhoneg-digor.blogspot.fr/2016/07/teurch-arskol-ha-paw-bran.html

Le vocalisme de fleur, adapté du français moderne, montre que cet emprunt est plus récent que flour (doux) et que flourdilis (fleur de lis) au vocalisme plus archaïque et attesté dès 1499.

La floraison des arbres, les chatons, est quant à elle toujours désignée par le mot celtique bleuñ :

An dra-se, ba komañsamant an ne(ve)-amzer, 'benn tàè ar bleuñ ba'r, doc'h an dra-s(e) vis(e) gwraet ar bissi(gou)-mareñw. Surtoud deus, deus ar c'hraoñ-kel(v)o ha deus an haleg, ar bojennadou-haleg, ar re-s(e) ree bleuñ ha chatoñiou-hir.
Cela, au début du printemps, quand venaient les fleurs dedans, on les appelait les chatons. Surtout aux, aux noisetiers et aux saules, aux buissons de saule, ils faisaient des fleurs et de longs chatons.
https://brezhoneg-digor.blogspot.fr/2016/10/erro-e-ar-mae-bar-gwe.html

Bleuñ et bleud (la farine) semble avoir été des paronymes en vieux breton (respectivement bloduu et blot) et en gaulois : l'ancien Blatomagus, Blond en Limousin, était bien plus probablement le marché à la farine que le marché aux fleurs. On a pu expliquer l'expression fleur de farine par l'influence du gaulois.  

Je pense qu'on pourrait parler de francisation sentimentale pour la substitution de bleuñ par fleur. En raison de la valeur d'ornements délicats qui leur est attachée, de leur importance dans l'imaginaire amoureux, le vieux nom des fleurs a été remplacé par un mot venu de la langue française, porteuse d'une culture plus raffinée. On peut mettre en parallèle cette francisation avec certaines expressions du vocabulaire amoureux comme o(be)r lakour, o(be)r lamour : faire l'amour au sens ancien de faire la cour. Sur le site de Dastum, j'ai entendu une bretonnante chanter des chansons sentimentales en français où faire l'amour avait ce vieux sens ; c'est sans doute par ce biais que ce type d'expression a pénétré en breton. L'expression de même sens o(be)r ar les était déjà, selon Francis Gourvil, une traduction directe du français.

On peut remarquer que jusque pour la floraison des arbres, le mot bleuñ est concurrencé par un mot roman :

E(rr)o é ar mae ba'r gwe, ba'r c'hraoñ-kel(v)o
Les chatons (litt. le mai) sont arrivé dans les arbres, dans les noisettiers

On peut à nouveau parler de francisation sentimentale pour cette expression liée à la tradition d'offrir un mai : un bouquet ou une branche d'arbre fleurie pour le premier jour de mai.

Ce qui paraît confirmer mon hypothèse sur ce mécanisme de francisation, c'est qu'on observe quelque chose de très semblable en gascon. Sur les cartes de l'ALF, le vieux mot gascon hlou ou eslou est relégué dans les Pyrénées tandis que le gascon de la plaine a flou : un mot refait sur le languedocien. Dans L'amiguét, une chanson sentimentale de l'Albret, on trouve même flurs : un mot refait sur le français. Il est intéressant de comparer avec d'autre cartes de l'ALF qui illustrent le traitement que fait subir le gascon au FL- initial latin. Sur la carte "flamme", le vieux mot gascon hlamo ou eslamo est présent hors des Pyrénées : en Béarn de la plaine, dans la Lande et jusque dans le Gers. Sur la carte "fléau", objet emblématique des vieilles cultures paysannes autarciques, le mot hlayet ou eslayet couvre presque toute la Gascogne et flajet ne touche que les marges garonnaises. Il est donc raisonnable de chercher dans l'imaginaire poétique qui entoure la fleur la cause de la plus grande perméabilité de ce mot aux innovations linguistiques venues d'ailleurs, et ce dans plusieurs langues de France.

On observe des phénomènes voisins jusque dans de grandes langues nationales. Ainsi, on a parfois supposé que l'anglais flirt était tiré du français fleurette et comme le gascon, le castillan est plus fidèle à son génie propre quand il s'agit de nommer la flamme (llama) que la fleur (flor).
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
 
Le nom des fleurs : une francisation sentimentale
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Fleurs de Bach
» Les fleurs du mal, de Baudelaire.
» [Cuphea ignea] plante à fleurs tubulaires
» Fleurs de Bach : la blibliothèque
» En cette journée du 8 mai, offrons un bouquet de 31 fleurs à Marie !

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
ACADEMIA-CELTICA :: Linguistique. Littérature. Légendes :: Bretagne. Breizh. Bertaeyn. Brittany-
Sauter vers: