ACADEMIA-CELTICA
Vous souhaitez réagir à ce message ? Créez un compte en quelques clics ou connectez-vous pour continuer.
ACADEMIA-CELTICA

Istor-Histoire; Douaroniezh- Géographie; Arkeologiezh-Archéologie; Gouennoniezh-Ethnologie; Yezhouriezh-Linguistique; Sevenadur hag Hengoun ar vroioù kelt - Culture et traditions des pays celtiques
 
Encyclopédie MarikavelAccueilRechercherS'enregistrerConnexion
Rechercher
 
 

Résultats par :
 
Rechercher Recherche avancée
Derniers sujets
» Expressions, locutions ....
les Georgelin de Corlay Icon_minitimeHier à 4:59 par Ostatu

» Découverte archéologique importante à Plougonvelin
les Georgelin de Corlay Icon_minitimeVen 20 Nov 2020 - 10:24 par Marc'heg an Avel

» Mont da... da... / dont da ... da...
les Georgelin de Corlay Icon_minitimeVen 20 Nov 2020 - 0:18 par Ostatu

» traduction de beaucoup, pas beaucoup en breton
les Georgelin de Corlay Icon_minitimeVen 20 Nov 2020 - 0:10 par Ostatu

» Les adjectifs en -us en usage en breton populaire
les Georgelin de Corlay Icon_minitimeMer 18 Nov 2020 - 18:41 par Ostatu

» dire : "les larmes"
les Georgelin de Corlay Icon_minitimeMer 18 Nov 2020 - 18:37 par Ostatu

» Archéologie en Centre-Bretagne
les Georgelin de Corlay Icon_minitimeLun 16 Nov 2020 - 14:18 par Marc'heg an Avel

» Enduit(s) (de bassin, de chaudron...)
les Georgelin de Corlay Icon_minitimeLun 16 Nov 2020 - 1:20 par Ostatu

» Toponyme : "Bougro"
les Georgelin de Corlay Icon_minitimeDim 15 Nov 2020 - 11:24 par Marc'heg an Avel

» part. passé zo ('z eus) (oa) da ub.
les Georgelin de Corlay Icon_minitimeDim 15 Nov 2020 - 1:26 par Ostatu

» Battage
les Georgelin de Corlay Icon_minitimeSam 14 Nov 2020 - 21:22 par Marc'heg an Avel

» Chardonneret / Kanaber
les Georgelin de Corlay Icon_minitimeMer 11 Nov 2020 - 17:14 par Ostatu

» Dire la maigreur
les Georgelin de Corlay Icon_minitimeMer 4 Nov 2020 - 18:42 par Ostatu

» Dire la CUITE !
les Georgelin de Corlay Icon_minitimeMer 4 Nov 2020 - 18:23 par Ostatu

» Attestation de dérogation bilingue breton / français
les Georgelin de Corlay Icon_minitimeMer 4 Nov 2020 - 10:17 par Marc'heg an Avel

Le Deal du moment : -55%
Prix cassé sur la voiture radiocommandée ...
Voir le deal
16.35 €

 

 les Georgelin de Corlay

Aller en bas 
AuteurMessage
desjdek



Nombre de messages : 33
Localisation : Bretagne
Date d'inscription : 15/04/2009

les Georgelin de Corlay Empty
MessageSujet: les Georgelin de Corlay   les Georgelin de Corlay Icon_minitimeLun 27 Avr 2009 - 13:21

Pierre Joseph Georgelin, sieur des Rabines et de la Maufradais, procureur fiscal de Loudéac, né vers 1659 à Uzel. (propriétaire du domaine des Rabines à Uzel), il porte "De gueules au chef d'or chargé de trois épées de même."

Marié 3 fois, épouse Marie Anne du Chemin de Beauregard

dont :

-1- Louis Mathurin Georgelin du Cosquer, (1698+1760) qui suit.

-2- Pélagie Georgelin du Cosquer, mariée en 1723 avec Jean Baptiste de Compadre.

-3- Hélène Georgelin du Cosquer, mariée en 1725 avec Honoré Pezron de Rumado.

Louis Mathurin Georgelin du Cosquer, sieur des Rabines, sénéchal de Carcado et de Corlay, avocat au Parlement, procureur fiscal de Loudéac,
né en 1698 à Uzel, décédé en 1760 à Corlay , à l'âge de 62 ans.

Marié, en premières noces, le 1er septembre 1725 à Corlay, avec Jeanne Pélagie Dagorne du Boëxy. "Le 1er septembre 1725 dans la matinée la petite ville de Corlay présentait le spectacle d'une animation inacoutumée.<br/>Les cloches tournaient à toute volée, une foule de gens accouraient en se bousculant ves l'église. Les premiers arrivés formaient déjà une véritable haie depuis le portail jusqu'à la route de Pontivy.<br/>Par la grande porte ouverte, l'autel apparaissait brillament illuminé et un cortège imposant s'avançait lentement au milieu de la nef. C'était le mariage de la fille de Monsieur le Sénéchal de Corlay, noble maître Mathieu Dagorne sieur du Bouexie qui venait de finir.<br/>Toute la noce sortait de l'église de "Monsieur Saint-Sauveur" pour se diriger vers les halles décorés de feuillages et de fleurs piquées sur les draps comme pour un jour de Fête Dieu afin de faire honneur au plantureux repas que donnaient à leurs invités monsieur le Sénéchal et sa femme née Jeanne Nicolas du Boexy<br/>Les pauvres s'étaient déjà entassés à l'entrée des halles car ils devaient y recevoir une distribution de pain des mains des nouveaux mariés.<br/>Ont avait rarement vu tant de beau monde réuni à Corlay, il y avait là toute la bourgeoisie et la noblesse de la petite ville et des environs.<br/>Le gouverneur du château Messire Froment, le comte et la comtesse du Bois-Berthelot, les de Kerautem, du Guernigo, les de la Pommeraye, Madame de Crefiniac, les le Cardinal de Kerludo, les de Penneroz, de Kerlien, le sénéchal de Loudéac, celui d'Uzel et de Quintin, tous les procureurs et notaires de Corlay, les avocats à la cour (8 en 1785); les alloués, les greffiers et amis de la famille venus de Quitin et de moncontour, parmis eux Pierre Chassin de la Villehaffray, le régisseur et l'ami du président de Robien."<br/>Jeanne Pélagie Dagorne du Boëxy, décédée en 1747 était la fille de Matthieu Dagorne du Boëxy, sénéchal de Corlay et de Jeanne Nicolas de Sourville. <br/>Veuf, Louis Mathurin Georgelin du Cosquer épousera en secondes noces, le 10 novembre 1749, Marie Louise Millon de Villeroy, fille de Maître Maurice Millon, avocat.

Dont 5 enfants connus issus du premier lit :

-1- Pélagie Suzanne Emilie Georgelin du Cosquer, née en 1730 à Loudéac, décédée le 14 août 1813 à Guingamp , à l'âge de 83 ans. Mariée le 5 novembre 1764 à Corlay, avec Pierre Thurian des Jars de Keranrouë, sieur de Penanpont (1718+1800), fils de Pierre des Jars de Keranrouë, (1675+1764), et Charlotte le Goasteller, (1686+1765).

dont :

-1-a- Barthélémy Desjars, banquier, maire de Guingamp (1767+1841)
-1-b- Louise Desjars, demoiselle, (1768+1847)
-1-c- Marie Anne des Jars, (1770+)
-1-d- Joseph des Jars, (1772+)1772
-1-e- Marie Anne Desjars, (1773+1803)

-2- Etienne Georgelin du Cosquer, sénéchal de Corlay (1730+1762)

-3- Aimée Jeanne Pétronille Georgelin du Cosquer, en religion soeur Marie Agathe, supérieure des hospices de Carhaix (1732+après 1809), effectue sa prise de voile le 28 avril 1750. Elle souffrait de violentes fièvres intermitentes contractée par ses malades revenus des colonies.

-4- Joseph Gervais Georgelin du Cosquer, prêtre, curé de Callac de 1803 à 1820, recteur de Corlay et de Saint-Mayeux, déporté en 1793, né le 11 septembre 1738 à Corlay, décédé le 23 avril 1820 - Callac , à l'âge de 81 ans. Il lèguera par testament du 13 février 1817 à la paroisse de Callac en propriété sa maison qui deviendra le prebytère.

-5- Barthélémy Pélage Georgelin, sieur du Cosquer, avocat au Parlement avocat au Parlement, sénéchal de Corlay de 1762 à 1797, né le 25 avril 1740 à Corlay, baptisé le 27 avril 1740 à Corlay, décédé le 26 novembre 1797 à Guingamp , à l'âge de 57 ans. "Barthélemy-Pélage Georgelin du Cosquer, dernier sénéchal de Corlay, en fut peut-être au XVIIIème siècle, le plus illustre des habitants. Né en cette ville le 25 avril 1740, il prit part à la célèbre bataille de Saint-Cast en 1758, succéda, en 1762, à son frère aîné, comme sénéchal, devint correspondant de la Commission intermédiaire des Etats de Bretagne, correspondant de la Société Royale d’Agriculture en 1778, secrétaire général de la Société patriotique de Bretagne, de 1780 à 1789, président de l’Assemblée de la Sénéchaussée de Corlay pour la rédaction des Cahiers de doléances, le 3 mars 1789, colonel d’honneur de la Garde nationale de Corlay, juge au tribunal de Pontivy en 1788 puis président du tribunal de Lorient et officier de police militaire établi à Guingamp, il y mourut le 6 frimaire an VII (27 novembre 1798). C’est comme secrétaire général de la Société patriotique de Bretagne que Georgelin du Cosquer atteignit la célébrité. Il était poète à ses heures et rédigea même, en vers français et latins, les trente-cinq articles de l’ « Usement de Rohan ». Il fut en relations épistolaires avec d’Alembert, de la Harpe, Vergniaud, Mme Necker, Marmontel, Thomas, Bigot de Preameneu et Voltaire. Il fut sollicité par l’impératrice Catherine de Russie de se rendre à Moscou. Curieux, travailleur infatigable, obstiné, il résumait ses lectures dont il tirait le plus grand fruit. Il recevait les journaux de Paris, servait d’intermédiaire entre le monde extérieur et Corlay, entretenait une correspondance assidue avec les membres de sociétés littéraires, composait des vers en l’honneur des grands personnages ou de ses relations personnelles, dont quelques pièces méritent d’être connues et ont été publiées en 1887 par M. Trévédy dans les Mémoires de la Société d'Emulation des Côtes-du-Nord. Sa ville natale, dont il préféra le séjour à celui de Moscou et dont la juridiction fut présidée par lui pendant 27 années, devrait rappeler son souvenir par une plaque commémorative au lieu où il demeurait et travaillait, au Pavillon du Sénéchal, près du jardin du presbytère. Barthélemy-Pélage Georgelin du Cosquer s’était fait graver, à Brest, un sceau portant : coupé d’argent et de sable, au geai perché sur une branche de lin et becquetant un épi d’orge, l’écu timbré d’une couronne à 9 perles (Frotier de la Messelière)" <br/>Marié le 7 novembre 1770 à Quintin, avec Marie Madeleine Chassin de la Villehoffray, demoiselle du Cartier, née le 11 février 1747,
baptisée le 13 février 1747, fille de Pierre Chassin, sieur de la Ville-Hoffray (1718+1791) et de Marie Madeleine Michel (†1791)

dont 4 enfants connus :

-1- Louise Renée Georgelin du Cosquer, née le 10 juin 1773 à Corlay, baptisée le 24 août 1773 à Corlay, décédée le 9 avril 1824 à Guingamp , à l'âge de 50 ans. Mariée le 21 octobre 1793, Corlay, avec Joseph Blanchard, Receveur du droit de l'enregistrement des domaines à Corlay, négociant, membre du conseil municipal de la ville de Guingamp,(1769+1825), fils de Pierre BLANCHARD (1729+1787) et de Marie Andrée le Retz.

6 enfants connus dont :

-1-a- Benjamin Blanchard (1809+)
-1-b- Louise Renée Joséphine Blanchard
-1-c- Augustin Barthélémy Blanchard (1802+1839)


-2- Joseph Marie Georgelin du Cosquer, né le 6 octobre 1775 à Corlay, décédé le 23 octobre 1785 à Corlay , à l'âge de 10 ans.

-3- Pélagie Georgelin du Cosquer, née le 19 février 1777 à Corlay, baptisée le 4 octobre 1777 à Corlay, décédée le 7 janvier 1819 à Loudéac , à l'âge de 41 ans. Mariée en l'an XII (entre le 24 septembre 1803 et le 22 septembre 1804) avec Joseph Marie N de la Butte.

-4- Aimée Parfaite Pélagie Georgelin du Cosquer, née le 13 avril 1779 à Corlay, décédée le 19 août 1848 à Callac, à l'âge de 69 ans. Mariée le 18 floréal an X (8 mai 1802), à Corlay, avec Charles Desjars, notaire à Callac de 1808 à 1840, assistant du juge de Paix de Callac de 1819 à 1844,
nommé maire de Callac le 19 octobre 1830 en remplacement de Pierre Benoit de la Farge, dont les idées étaient contraires au gouvernement
réélu en 1837, il démissionna en février 1839 suite aux émeutes causées par l'établissement de droit d'octroi, (1773+1857), fils de René des Jars, sieur de Kerjulou (1730+1776) et de Anne Hervé (1735+1808). Durant la révolution Anne Hervé cacha, au fond d'une armoire, sous une pile de linge, au manoir de Kerjulou, la statue en argent représentant Notre Dame de Bulat. Après une tentative de perquisition des Bleus, cette dernière fut enterrée à l'angle d'un hangar à Kernec'h avant d'être rendue à l'église paroissiale de Bulat par le recteur le 14 aout 1802

dont :

-4-a- Théodore Desjars (1803+1812)
-4-b- Agathe Joséphine Marie Desjars (1805+1829)
-4-c- Alline Desjars (1807+1871)
-4-d- Emilie Desjars (1809+1852)
-4-e- Théodore Desjars (1815+1848)
-4-f- Esther Louise Marie Desjars (1818+)

Hyacinthe des Jars de Keranrouë, 2009
Revenir en haut Aller en bas
http://gw.geneanet.org/desjdek
desjdek



Nombre de messages : 33
Localisation : Bretagne
Date d'inscription : 15/04/2009

les Georgelin de Corlay Empty
MessageSujet: Re: les Georgelin de Corlay   les Georgelin de Corlay Icon_minitimeLun 27 Avr 2009 - 14:16

Lettre écrite par Etienne Georgelin du Cosquer, agé d'eniron 27 ans à sa soeur Pélagie Suzanne Emilie Georgelin, demoiselle du Boissy, qui deviendra en 1763 une Dame des Jars.

Le terme de "commère" est employé par un parrain pour désigner la marraine du même enfant. A l'inverse la marraine traitera le parrain de "compère".

"Pour la du Boissy, Rennes ce 23 décembre 1757.

Mademoiselle et très chère commère,

Pouvez-vous craindre de m'ennuyer; tout ce qui sort de votre plume en acquiert de nouveaux agréments, les moindres minuties lorsque vous voulez bien les traiter deviennent amusantes: oui ma chère soeur, vous écrivez comme un ange. N'attribuez point à la flatterie tout ce que j'ai l'honneur de vous dire de vos perfections et de vos réelles qualités. C'est du sérieux que je parle: un mérite aussi distingué que le votre doit s'attendre à des expressions semblables de tous ceux qui ont du discernement; la sensible impression qu'il à fait sur moi et qui ne s'effacera jamais de mon coeur, ne me permet pas un autre langage et les termes me manqueront toujours pour vous exprimer la vivacité des sentiments qu'il m a inspiré vous lisez mal dans mon coeur si vous vous imaginez que je puisse craindre de vous voir faire quelques grandes folies; ce ne sont pas là mes sentiments et mes alarmes seraient ou mal fondées ou bien terribles car:

"Les esprits vifs et transcendants
font les fautes les plus nuisibles;
tels, les coursiers les plus ardents
font les chutes les plus terribles."

Je suis de votre sentiment et de celuy de Molière et convient que:

"Le mariage Agnès, n'est pas un badinage,
à d'austères devoirs le rang de femme engage."

Mais cependant si vous suivez mes faibles conseils vous vous décideriez enfin pour quelqu'un, et quitteriez cette morale stoïcienne qui nous prêche continuellement un honteux célibat. Le stoïcien voudrait faire précisément le contraire.

"De ce que fit jadis Deucalion pour nous,
en nous formant tel que nous sommes
l'un changea les cailloux en homme,
l'autre voudrait changer les hommes en cailloux."

Peut être que le temps, ce grand maître changera vos résolutions, et que monsieur C..., qui n'a pu pendant son séjour à Corlay fléchir votre coeur, sera plus heureux pendant son absence:

"L'absence, sur les coeurs fait différents effets
Elle éteint la flamme légère,
et par un effort tout contraire,
d'un amour plus ardent elle aiguise les traits
ainsi, le même vent qui souffle une bougie,
accroît un incendie."

Sans doute monsieur C... ne se contentera pas d'une seule visite:

"C'est trop peu, pour de tendres coeurs
de borner toutes leurs ardeurs
à voir l'objet qui leur su plaire;
dans un arbre on aime les fleurs
que par les fruits qu'on espère."

Je ne sais pourquoi Apollon me persécute si fort, les vers viennent en foule se présenter à ma mémoire c'est sans doute l'effet de quelques sanglants combats qu'il y aura eu entre ceux cy et ma coutume qui sans contredit aura été vaincue. Soyez plus exacte, je vous en prie, cette année à m'écrire; tels sont mes souhaits. A propos de mois et d'année, apprenez que je gagne 6 francs par mois, avec lesquels j'espère m'entretenir de souliers, du perruquier, blanchisseuse, ravaudeuse; c'est à dire plus de mémoires; j'espère même ménager de quoi vous acheter une belle montre d'or pour la fin de l'année. Ma foi, il est grand temps de finir, car j'ai trop de froid aux doigts et mes plumes sont si mauvaises que vous ne pourriez pas lire; devinez donc ce que je vous ai envoyé pour étrennes, pas grand chose, car je ne suis pas trop riche mais je ne crois pas que j'ai besoin du secours du dieu Plutus pour vous prouver toute la tendresse avec laquelle je suis ma chère commère, votre petit frère

E.M. Georgelin.

Post -scriptum:
Mes assurances de respect, à mon cher père, ma chère mère, mon oncle abbé et tous nos chers parents, sans oublier les futurs. La Boncourt fit profession l'autre jour j'y etois, elle vous dit bien des choses et désire ardemment mademoiselle du Boissy. Si j'avais eu un peu de pratique, j'aurais acheté la charge de sénéchal de Rennes qui n'a été poussé qu'à 180 000 livres, c'est monsieur de Coniac qui l'a eu et celle de maire est encore à prendre, elle coûtera 60 000 livres et d'aujourd'hui à demain elle peut être supprimée; ne m'en parlez plus je n'en veux pas. Je viens de recevoir une lettre tant pour ma fête que la bonne année de la religieuse. Les plaisirs se succèdent ici tour à tour, j'ai encore passé toute la nuit dernière au bal, je me pousse grandement dans le monde; de 8 à 10 bals qu'on à donné, j'ai été prié de tous, fors un, je suis même d'une société de non plus huppés bourgeois d'ici ou il y à bal tous les dimanches; il y aura lundi grand bal chez mon intime ami Solier il voulait que j'eusse été roi, mais je l'ai remercié. Je souhaite que vous vous divertissiez à Corlay aussi bien que moy, mais par malheur je n'en crois rien, ne croyez pas que tous ces bals me détournent de mon travail, car je n'y vais les jours d'études qu'à six heures; ne craignez pas non plus qu'ils altèrent ma santé, car je ne vais au bal que pour y causer, trouver bonne compagnie et y faire des connaissances; c'est là mon fort; d'ailleurs une nuit ne me coûte rien à passer."
Revenir en haut Aller en bas
http://gw.geneanet.org/desjdek
 
les Georgelin de Corlay
Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
ACADEMIA-CELTICA :: Histoire. Archéologie :: Bretagne. Breizh. Bertaeyn. Brittany-
Sauter vers: