ACADEMIA-CELTICA

Istor-Histoire; Douaroniezh- Géographie; Arkeologiezh-Archéologie; Gouennoniezh-Ethnologie; Yezhouriezh-Linguistique; Sevenadur hag Hengoun ar vroioù kelt - Culture et traditions des pays celtiques
 
Encyclopédie MarikavelAccueilFAQRechercherS'enregistrerMembresGroupesConnexion
Rechercher
 
 

Résultats par :
 
Rechercher Recherche avancée
Derniers sujets
» Les armoiries parlantes * Ardamezioù kanus
La Vénus de Quinipily Icon_minitimeHier à 21:27 par Marc'heg an Avel

» Pythéas
La Vénus de Quinipily Icon_minitimeHier à 10:41 par Marc'heg an Avel

» Muir n-Icht
La Vénus de Quinipily Icon_minitimeHier à 10:33 par Marc'heg an Avel

» Les adjectifs en -us en usage en breton populaire
La Vénus de Quinipily Icon_minitimeHier à 9:57 par Marc'heg an Avel

» GUERRE DES GAULES
La Vénus de Quinipily Icon_minitimeJeu 18 Avr 2019 - 21:34 par Marc'heg an Avel

» Mots locaux, mots rares, mots inédits, hapax...
La Vénus de Quinipily Icon_minitimeJeu 18 Avr 2019 - 16:57 par Ostatu

» Harpe / Telenn
La Vénus de Quinipily Icon_minitimeLun 15 Avr 2019 - 14:12 par Marc'heg an Avel

» Migrations d'irlandais vers la France
La Vénus de Quinipily Icon_minitimeDim 14 Avr 2019 - 10:19 par Marc'heg an Avel

» La Vénus de Quinipily
La Vénus de Quinipily Icon_minitimeSam 13 Avr 2019 - 9:58 par Marc'heg an Avel

» Les Lexovii
La Vénus de Quinipily Icon_minitimeVen 12 Avr 2019 - 9:23 par Marc'heg an Avel

» Dire la PAUVRETE!
La Vénus de Quinipily Icon_minitimeJeu 11 Avr 2019 - 16:07 par Ostatu

» Les devises en langue bretonne, accompagnant les armoiries
La Vénus de Quinipily Icon_minitimeMar 9 Avr 2019 - 11:34 par Marc'heg an Avel

» Quelques mots "bigoudens" (usuels...)
La Vénus de Quinipily Icon_minitimeLun 8 Avr 2019 - 15:04 par Ostatu

» Langue bretonne officielle de Bretagne ?
La Vénus de Quinipily Icon_minitimeSam 6 Avr 2019 - 9:41 par Marc'heg an Avel

» Le calvinisme en Bretagne
La Vénus de Quinipily Icon_minitimeVen 5 Avr 2019 - 21:48 par Marc'heg an Avel


Partagez
 

 La Vénus de Quinipily

Aller en bas 
AuteurMessage
Marc'heg an Avel
Admin
Admin
Marc'heg an Avel

Nombre de messages : 7287
Age : 72
Localisation : Lannuon / Lannion. Breizh Izel
Date d'inscription : 27/03/2007

La Vénus de Quinipily Empty
MessageSujet: La Vénus de Quinipily   La Vénus de Quinipily Icon_minitimeJeu 11 Avr 2019 - 8:49

Marteville et Varin (1843), continuant l'oeuvre d'Ogée (1780), sous l'article consacré à Baud (Morbihan), accordent une large place à cette statue dite la Vénus de Quinipily.

------------------------

— La Vénus de Quinipily, dont Ogée parle avec plus de détails à l'article Bieuzy, étant actuellement dans la cour de Quinipily, nous croyons qu'il convient de s'en occuper ici. Cette statue, qui a fixé l'attention de tous nos antiquaires, est due, selon l'abbé Mahé, à la sculpture des Vénètes; selon d'autres, à celle des Romains; selon M. de Penhouet enfin, aux Egyptiens. Quoi qu'il en soit, c'est un antique des plus remarquables; et si l'on ne veut pas admettre que les inscriptions aient été fabriquées, il faut la faire remonter à 49 ans avant J.-C., sous les consuls Claudius et Lucius Cornelius Lentulus. C'est un monolithe ayant 2m20 de hauteur, et portant une coiffure dont les deux ailes pendent par derrière, et qui forme un bandeau, sur lequel on lit le mot lit ou Lit. Cette inscription, non expliquée jusqu'à ce jour, servait de base principale à M. de Penhouet, qui voulait y lire Isis, et qui soutenait, avec raison, que cette coiffure était d'un style égyptien. — Au bas de la statue est une pierre creusée en forme d'auge, et d'une contenance de 28 à 30 hectolitres. — Sur la face antérieure du piédestal on lit : C. Caesar Gallia tota - Subacta dictatoris - Nomine inde capto - Britanniam transgressus- Non se ipsum tantum - Sud patriam victor coronavit. — Sur le côté qui est à droite de la déesse on lit : Veneri victrici - Vota C I C — Sur la face opposée : Venus Armoricorum oraculum duce Julio C. C. Claudio Marcello et L. Cornelio Lentulo cos. ab V.C.DCCV.


— Ceux qui ne pensent pas que l'on puisse attribuer cette statue à César font remarquer qu'il ne dut pas se donner lui-même les éloges contenues dans la première de ces inscritions, et que, d'un autre côté, il eût confié l'exécution de la Vénus à un habile statuaire; or, rien n'est plus brut que cette oeuvre. — Mais ne peut-on l'attribuer aux consuls dont on lit les noms sur la dernière inscription ? — Le nom breton de la Vénus de Quinipily est Groa-Hoart, ce qui signifie en français la vieille couarde. L'abbé Mahé l'appelle Groueg-Houarn (femme de fer). La notice suivant, que nous communique M. Gault, et qui est extraite des archives de Quinipily, donne raison à la première de ces opinions. "Sur une petite montagne entourée de la rivière du Blavet, près le pont de Saint-Nicolas, paroisse de Bîeuzy, il y avait une statue antique grossièrement taillée, qui représentait une grosse femme d'environ sept pieds de hauteur. Le vulgaire l'appelait en breton Groa-Hoart, qui veut dire en français la vieille Couarde. Il y avait auprès de cette statue une fort belle pierre en bassin, ce qui fait croire que les anciens ont fait des sacrifices en ce lieu à quelqu'une de leurs divinités représentée par cette statue . Le peuple avait la plus grande vénération pour elle : on l'invoquait pour la goutte, les rhumatismes et autres maladies; on faisait toucher les parties malades à cette statue; les femmes relevant de couches allaient prendre un bain dans le bassin; les filles qui avaient envie de se marier lui faisaient leur offrande d'une manière très-indécente — En 1671, il y eut une mission à Baud; les missionnaires, qui apprirent les abus qui se commettaient, prièrent Claude de Lannion de les faire cesser, en faisant renverser cette statue dans la rivière. Claude de Lannion se rendit sur les lieux, et la fit, par ses domestiques, renverser dans la rivîère — Des pluies abondantes étant survenues, le peuple attribua ce fléau à la chute de leur déesse; ils s'assemblèrent, la relevèrent de la rivière, et la remirent en place. — Mgr de Rosmadec, évêque de Vannes, instruit de ce rétablissement de la Groa-Hoart, pria M. le comte de Lannion de la faire mettre en pièces pour faire cesser entièrement le désordre. Pierre, comte de Lannion, y envoya ses domestiques et des maçons; mais ces derniers, intimidés par le peuple du voisinage, se contentèrent de lui entamer un bras, et de la renverser dans la rivière. Pierre, comte de Lannion, fit ensuite tirer de l'eau cette statue mutilée, et la fit retailler, pour lui oter les attitudes indécentes dont le sculpteur l'avait ornée, et la fit porter a son château de Quinipiily. — M. le duc de Rohan prétendit que cette statue avait été prise dans l'enclave de sa seigneurie; il en demanda le rétablissement. M. de Lannion acheta, le 5 juin 1698 (1696), moyennant 28 liv., cette statue d`avec le propriétaire de la métairie sur laquelle était cette statue, laquelle métaîrie se nomme la métairie Couarde. — M. le duc de Rohan s`opposa à l'enlèvement du bassin, et ce ne fut qu'après le jugement du Parlement de Rennes, du 21 janvier 1701. que M. le comte de Lannion fut paisible possesseur de la statue et du bassin. — On employa quarante paires de bœufs pour traer le bassin à Quinipily". — Une quatrième inscription, qui n'a pas été rapportée par l'abbé Mahé, et qui résume ce qui précède, est sur la quatrième face du piédestal; elle est ainsi conçue : Comes de Lanion paganorum hoc numen populi huc usque venerabile superstitioni eripuit idemque hoc in loco collocari jussit, anno 1686.


-----

à suivre la mention de M. de Penhouet.

Les inscriptions sentent bon la supercherie.

JCE studiañ

_________________
"Ne te borne pas seulement à respirer avec l'air qui t'environne, mais à penser désormais avec l'intelligence qui environne tout. La force intelligente, en effet, n'est pas moins répandue partout, et ne s'insinue pas moins, en tout être capable de s'en pénétrer, que l'air en tout être qui peut le respirer".

Marc-Aurèle. Pensées pour moi-même. Livre VIII; verset LIV".
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://marikavel.org/bonjour.htm
Marc'heg an Avel
Admin
Admin
Marc'heg an Avel

Nombre de messages : 7287
Age : 72
Localisation : Lannuon / Lannion. Breizh Izel
Date d'inscription : 27/03/2007

La Vénus de Quinipily Empty
MessageSujet: Re: La Vénus de Quinipily   La Vénus de Quinipily Icon_minitimeJeu 11 Avr 2019 - 21:29

Suite de l'article de Marteville et Varin (1843)

(Cet article était prêt à imprimer quand M. Moët de la Forte-Maison nous a remis la notice suivante, qui nous a paru de la plus grande importance.)

M. de Penhouet, dans un petit opuscule qu'il a fait paraître sur la fin de ses jours, disserte de nouveau sur la statue de Quinipily. ll fait remarquer qu'elle a dû être érigée par des troupes mauresques au service de l'empire, et qui ne sont jamais retournées dans leur patrie, même lors de l'évacuation du pays par les magistrats romains. ll est de fait certain que cette statue, de l'époque romaine, comme l'indiquent les trois lettres en relief qui se trouvent sur son front, a un aspect tout oriental, malgré le changement que lui a fait subir le comte de Lannion en la faisant retoucher, pour lui ôter certains attributs qui lui semblaient indécents, et qu'il est permis de croire avoir été une gorge trop saillante. C'est sur une bandelette qui ceint son front à la manière des orientaux que se trouvent ces trois lettres qui forment le nom de la déesse, LIT, l'une des divinités arabes dont il est fait mention en ces termes dans le Koran : « Que vous semble de Lit (1) et d'Al-Ozza ? et de cette autre idole Menat ? Aurez-vous des fils ? et Dieu des filles ?" Les Arabes du temps de Mahomet disaient que les anges et les autres divinités subalternes étaient les filles de Dieu. "Ce partage n'est pas juste. Au reste, ce ne sont que des noms; et c'est vous et vos pères qui les avez nommées ainsi... » (Al Koran, chapitre LIII, v. 19 et suiv.)

Lit était, comme on le voit. une divinité arabe du sexe féminin; et son nom, suivant toute apparence, implique l'idée de la déesse des mystères, des prestiges et de la nuit. ll est vrai que des auteurs modernes, qui cependant ne connaissaient pas le passage du Koran, non plus que M. de Penhouet, ont prétendu qu'il n'y avait point LIT sur le front de la déesse, mais IIT. Si nous n'avions vu la statue, nous aurions pu nous souvenir que du temps de l'amiral Thevenard, qui a parlé de cette idole, le mot LIT était intact; car l'amiral n'a pas lu autre chose, et M. de Penhouet aurait pu le rappeler avec avantage; mais, après nous être rendu sur les lieux avec un habile paléographe de nos amis, M. A. de Courson, et ne voyant en effet que IIT, nous avons demandé une échelle, et nous avons reconnu que le crochet de l'L avait été cassé. Tout autre que nous reconnaîtra ce que nous affirmons ici, parce que les contours de la lettre existent toujours.

Nous ne parlerons pas des inscriptions fastueuses que porte le piédestal de la statue, parce qu'il est généralement admis qu'il faut les attribuer au comte de Lannion, et qu'il n'y a réellement d'authentique que la statue; mais nous avons besoin d'ajouter quelques éclaircissements sur le nom du lieu de la Couarde où cette idole mauro-romaine était encore en 1696. Cette statue était donc au prieuré de la Couarde, commune de Bieuzy, sur un memelon contourné par le Blavet, et qui était anciennement une station militaire romaine dont on conserva le souvenir en lui donnant, au Moyen Age, le nom de la Garde, en ancien breton ar C'ward, d'où le latin barbare Goarda que porte le titre de fondation. On disait en ancien français Warde reube, garde-robe, la Warde, pour la garde; et le breton prononçait de même, si ce n'est qu'il faisait usage du C' guttural qui lui est propre. — La métairie voisine porte encore le nom de la Couarde, et la statue fut appelée, pour cette raison, Groac'h ar Couard, la Vieille, la Sorcière de la Garde.
Moet de la Forte-Maison

(1) La plupart des traducteurs rendent ordinairement ce mot par Lat et Let, parce que les consonnes ont seules une valeur bien déterminée chez les Orientaux. S'il ne s'agissait que de la statue de Quinipily, inconnue aux savants étrangers à a Bretagne, nous pourrions dire ici que la prononciation de ce nom n'est peut-être qu'une question de temps et une question de lieu, puisque cette statue est bien antérieure à Mahomet; mais voici ce que nous lisons à l'article Ilith, dans le tome 54è de la biogr. univ. anc. et mod.; et cependant l'auteur et Creuzer n'avaient point connaissance de la statue du Morbihan :

"Ilith ou Ilithye, haute divinité de la Grèce asianisante, se prend pour la déesse des accouchements : mais dans la réalité s'élève au rôle de nuit primitive, de grande fécondatrice, de mère des êtres. Cette déesse n'étant point d'origine grecque, Creuzer a eu raison de penser que c'était à tort qu'on cherchait l'étymologie de ce nom dans le grec. ll a vu plus juste en le rapprochant de Lilith, Alilat, Mylilta, ces mystérieuses divinités babyloniennes et arabes, dont le nom (le même au fond) implique les idées de nuit et d'enfantement. Toutes deux, la dernière surtout, conviennent à Ilithye. On eût pu ajouter que Latone, qui, pour la conception fondamentale, est bien la même qu'Ilithye, n'en diffère pas non plus quant au nom (Latona, Latw, Letw, en grec commun : ajoutez que Let... se prononce Lit...)".

Est-il besoin d'ajouter a ce qui précède que ce culte mauresque avait passé avec sa superstition dans les moeurs locales, puisque l'on voit, à treize cents ans de l'époque où la statue fut érigée, le pouvoir civil intervenir pour faire cesser les scandaleuses ablutions des femmes chrétiennes dans le bassin qui était aux pieds de Lit ?

JCE  studiañ

_________________
"Ne te borne pas seulement à respirer avec l'air qui t'environne, mais à penser désormais avec l'intelligence qui environne tout. La force intelligente, en effet, n'est pas moins répandue partout, et ne s'insinue pas moins, en tout être capable de s'en pénétrer, que l'air en tout être qui peut le respirer".

Marc-Aurèle. Pensées pour moi-même. Livre VIII; verset LIV".
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://marikavel.org/bonjour.htm
Marc'heg an Avel
Admin
Admin
Marc'heg an Avel

Nombre de messages : 7287
Age : 72
Localisation : Lannuon / Lannion. Breizh Izel
Date d'inscription : 27/03/2007

La Vénus de Quinipily Empty
MessageSujet: Re: La Vénus de Quinipily   La Vénus de Quinipily Icon_minitimeSam 13 Avr 2019 - 9:58

Charles Floquet : La Vénus de Quinipiliy. Keltia Grahic Editions. 1998

relatant un texte de M. de Closmadeuc, 1875, p. 51 : 

"Tout est faux dans ce monument, l'auge exceptée ..."

et précise tout de même, p. 55 : 

" Et la Vénus  (...) a été classée parmi les monuments historiques le 18 novembre 1943"

---------

Note JCE : Il est vrai qu'en 1943, on n'avait pas beaucoup d'autres préoccupations plus sérieuses ! 

Qu'en sera t'il pour les statues de la pseudo Vallée des Saints, de Carnoët ? Bientôt inscrites au patrimoine mondial ? 

Voir aussi : https://fr.wikipedia.org/wiki/V%C3%A9nus_de_Quinipily

La Vénus de Quinipily Cdt56-nl-v-c3-a9nus-de-quinipily-baud--15-

JCE  skratch studiañ

_________________
"Ne te borne pas seulement à respirer avec l'air qui t'environne, mais à penser désormais avec l'intelligence qui environne tout. La force intelligente, en effet, n'est pas moins répandue partout, et ne s'insinue pas moins, en tout être capable de s'en pénétrer, que l'air en tout être qui peut le respirer".

Marc-Aurèle. Pensées pour moi-même. Livre VIII; verset LIV".
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://marikavel.org/bonjour.htm
Contenu sponsorisé




La Vénus de Quinipily Empty
MessageSujet: Re: La Vénus de Quinipily   La Vénus de Quinipily Icon_minitime

Revenir en haut Aller en bas
 
La Vénus de Quinipily
Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» La VENUS de Quinipily
» HILARY de Quinipily

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
ACADEMIA-CELTICA :: Histoire. Archéologie :: Gaule. France. Belgique. Bro C'hall-
Sauter vers: